Marché de Chicago : l'inquiétude sur l'offre fait flamber les cours

SC avec AFP

Marché de Chicago : l'inquiétude sur l'offre fait flamber les cours

Les cours du soja et du maïs, et dans une moindre mesure du blé, se sont enflammés cette semaine sur le marché de Chicago, poussés par des inquiétudes sur les stocks et la récolte, avant de se modérer, de peur que les prix ne freinent les ventes.

L'annonce, par le ministère de l’Agriculture, de stocks de fin de campagne en dessous des attentes du marché pour le maïs et le soja, est venu doper les cours de Chicago cette semaine.  "Cela justifiait certainement un ajustement des prix à la hausse",  explique  Bill Nelson, chez Doane Advisory Services. Ils ont retrouvé un niveau que l'on n'avait plus vu depuis près de quatre mois.

La production américaine attendue en baisse

L'USDA a aussi fait état de chiffres inférieurs aux attentes, et donc encourageants pour le marché, sur l'ampleur des surfaces plantées pour le maïs et le soja.  La forte hausse des cours du soja a entraîné celle du maïs, et même du blé qui aurait pu pourtant être pénalisé par l'annonce de stocks plus importants qu'attendu.

Elle a été modérée en fin de semaine par la bonne tenue du dollar, et la prise de conscience que les négociants américains peuvent difficilement se permettre de vendre beaucoup plus cher que la concurrence, notamment sud-américaine.

"La demande reste forte", a noté Dax Wedemeyer, chez US Commodities, mais "on pourrait atteindre des prix qui nous écartent du marché", s'est-il inquiété. "Même si la production américaine s'avère basse, les exportations de la concurrence pourraient compenser" et satisfaire la demande mondiale, a également mis en garde M. Nelson.

Des champs détrempés

Avec un bémol toutefois : l'Europe souffre de sécheresse, tout comme le Canada, ce qui est un soulagement pour les producteurs américains de blé.

Pour les jours à venir, "tout le monde va surveiller les prévisions météo", a prédit M. Nelson, alors que de nouvelles pluies sont attendues, dans des champs déjà détrempés, conduisant à retarder la moisson du blé d'hiver et quelques semis de soja, et menaçant toutes les cultures de diverses maladies. La a pluie a fortement  perturbé les travaux agricoles aux USA.

En cours d'échanges jeudi, dernier jour d'une semaine écourtée par la fête nationale, le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le contrat le plus actif, cotait 4,3825 dollars (3,95 euros, soit ~156 euros/t), dollars contre 4,0200 dollars à la fin de la semaine précédente.

Le boisseau de blé pour septembre, là encore le plus actif, valait 5,9325 dollars (~214 €/t)contre 5,6800 en fin d'échanges vendredi. Le boisseau de soja pour novembre, lui aussi le plus échangé, coûtait 10,3 dollars (~371 €/t), contre 9,86 dollars une semaine plus tôt.

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

CLOCHE215

le jour ou il n'y a plus d'agriculteurs pour produire au cout espéré par la mafia planétaire, pourquoi les cours devraient-ils flamber?????

gaby

MAUVAISE RECOLTE CETTE SEMAINE SUR LES ORGES 10 QTX DE MOIN QUE 2014

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier