Marché : Maïs : l'heure de vérité

Marché : Maïs : l'heure de vérité

Après un mois de juin fébrile, les marchés céréaliers se sont consolidés sur la première partie de juillet. Les pronostics pour les prochaines semaines restent encore bien incertains, d'autant plus que bon nombre d'interrogations restent sans réponse. Analyse de l'Association des producteurs de maïs (AGPM).

Les modifications apportées au bilan américain, notamment en terme de surfaces, laissent les acteurs du marché plus que perplexes. Ce sont désormais des températures anormalement élevées sur une partie de la Corn Belt qui pourraient atteindre le potentiel du premier producteur mondial de maïs. Ce «coup de chaud » pourrait donc réduire le niveau de la production US, déjà à peine suffisante pour répondre aux différentes demandes du marché.

Avec une production avancée à 342 Mt, le stock de report US s'afficherait en effet à 22 Mt fin 2011/2012. Il n'existe donc que très peu de marge de manoeuvre. Et ce sans compter sur des importations chinoises supérieures aux 2 Mt retenues dans le dernier bilan USDA.

Pour certains, les récents achats chinois portant sur des volumes encore incertains (une partie des exportations étant codifiées inconnues) marqueraient le point de départ d'une réelle stratégie de reconstitution des stocks. Pour d'autres, la Chine, à l'image d'autres pays asiatiques, aurait juste profité de la baisse des prix de juin. Rajoutons que les autorités chinoises restent très « modérées » sur leurs intentions d'achat, affichant un timide 1 Mt pour l'exercice 2011.


Côté européen, tous les signaux semblent au vert

Si les conditions ont été idéales sur l'Europe centrale et à l'Est depuis le début de campagne, les récentes précipitations à l'ouest semblent lever les dernières inquiétudes. De quoi attendre une production au rendez-vous. Les différents analystes tablent ainsi sur une récolte de l'UE à 60 Mt, en hausse de 5 Mt par rapport au précédent exercice.

Au-delà de ces données relatives au marché des grains, l'évolution des prix des prochaines semaines pourrait être dictée par la politique intérieure américaine. Car la question du relèvement du plafond de la dette de l'Etat fédéral pourrait constituer le « point chaud » de l'été 2011 ! Comment songer que la première économie mondiale se retrouve en défaut de paiement au 2 août prochain, s'interroge l'Agpm dans sa lettre économique de juillet. Car si aucun accord politique n'est trouvé d'ici là, c'est toute la finance mondiale qui en souffrirait, avec des conséquences difficiles à appréhender, estime l'Association.

La question de la réduction des dépenses publiques américaines reste donc entière et le budget agricole pourrait être affecté au premier plan. Et que dire du soutien à la filière éthanol ? Les propositions avancées sur la réduction des soutiens directs accordées à l'industrie éthanolière ne pourraient être qu'une première étape avant la suppression quasi programmée de la défiscalisation début 2012.

Dans le même temps, la situation européenne reste toujours sous haute surveillance et le nouveau plan de sauvetage attendu devra convaincre les marchés financiers.

Source Agpm-Info Lettre économique juillet 2011

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier