Moisson 2014 : une année "hors normes"

Anne Sophie LESAGE

Moisson 2014 : une année "hors normes"

Pour la Chambre Interdépartementale d'Agriculture, l’année 2014 restera marquée par une moisson hors normes du fait de conditions climatiques exceptionnelles.

Pour la Chambre Interdépartementale d'Agriculture de l'Ile de France, "l’année 2014 restera marquée par des conditions climatiques exceptionnelles : des semis en conditions trop humides à l’automne, une absence de gel en hiver impactant la structure des sols, un printemps sec, et depuis le début de la moisson des averses et orages à répétition… sans oublier la grêle de la Pentecôte ! " Pourtant la Chambre d'Agriculture précise que " les rendements semblent au rendez-vous pour les colzas, orges et blés, la qualité est au centre des préoccupations des agriculteurs et organismes stockeurs." Les orges d’hiver, entièrement collectées, présentent "un taux de protéines très irrégulier suivant les lots. "

Dans l'Ile de France, "environ 20% du blé des départements de l’Essonne, des Yvelines et du Val d’Oise ont été récoltés, révélant quelques inquiétudes sur les poids spécifiques et les taux de protéines ; certaines variétés présentent des temps de chute d’Hagberg faibles." Mais pour établir un bilan définitif, il faut attendre encore que les récoltes soient plus avancées. Il faudra compter encore une quinzaine de jours. La question se posera alors d'une généralisation ou non de la tendance.  

La Chambre d’Agriculture rappelle que "la production française de blé, dont la moitié est exportée, pourrait être fortement affectée par une qualité moindre, et pâtir de la concurrence des récoltes russes et des pays de la Mer Noire. De même, vis-à-vis de la consommation intérieure, les standards de qualité exigés par la meunerie française pourraient être compliqués à remplir sur certains lots."

Source Chambre Interdépartementale d'agriculture de l'Ile de France

Sur le même sujet

Commentaires 19

ali

nous en aveyron ils se bate a 10000e l'hectare et vous trouver que 8000e sa f cher pour moi c donner

gibero

merci geo pour votre analyse pleine de bon sens du foncier moi aussi j en ai achete recemment a 4000 euro l ha et malheuresement meme avec des prix de cereales pareilles ca ne le fait pas a 64000 euro l ha il faut etre riche et surtout irraisonnable faut pas se plaindre apres la terre agricole ne vaut pas n importe quel prix un peu de bon sens et moins de jalousie envers ces voisins voila ce qui manque a certains agriculteurs

geo

@ @gibero: Qui vous oblige à acquérir 25Ha de foncier? Beaucoup d'agriculteurs ont du mal à saisir le fait que la terre soit un support pour l'exploitation qu'il est tout à fait possible de louer durant 40 ans et de rendre une fois arrivé à la retraite. Si vous voulez que terre = patrimoine, vous pouvez acheter...mais ne venez pas râler après le prix du foncier car en achetant à ce prix, vous êtes le 1er à participer à sa hausse. A 64 000€/Ha, permettez moi de vous dire qu'il y a certainement bien mieux à faire qu'acheter et que le vendeur se félicite de vous avoir trouvé. Comme le dit @gibero, votre intervention se rapproche fortement de "problèmes de riches" car 90% des agriculteurs français ne franchissent même pas la porte de la banque pour un tel projet!
Enfin, preuve de votre décalage, vous rabaissez votre interlocuteur en avançant le prix de "même pas 200 000€", qui correspond à 8000€/ha, soit déjà un prix supérieur à la moyenne française.

@SEMEUR7472

La fierté, j'en ai plus.
Et de plus, la fierté ne paye pas mes factures.

Je serai fiere, j'aurai tous envoyé chier, mais surendetter, je fais ce que dit mon banquier, est si cela ne suffit pas, je n'aurai plus qu'a vous quitter, voila la réalité.

SEMEUR7472

je suis heureuse d'être agricultrice.nous sommes tributaires des aléas climatiques.mais nous organisons nos journèes comme bon nous semble.nous cultivons et nous entretenons la nature.tous les jours sont différents.restons fiers de faire ce métier .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier