Néonicotinoïdes: Matignon confirme que le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction

AFP

Néonicotinoïdes: Matignon confirme que le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction

Le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction des néonicotinoïdes, a affirmé lundi Matignon, contredisant le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, qui disait dans la matinée vouloir revoir la législation française, "pas conforme avec le droit européen".

"Le gouvernement a décidé de ne pas revenir sur les dispositions de la loi de 2016. Cet arbitrage a été pris à l'occasion d'une réunion tenue à Matignon le 21 juin dernier", a précisé Matignon dans un communiqué. "La Commission européenne ayant émis certaines observations sur la réglementation française afin de s'assurer de la conformité du droit français, un travail est en cours avec les autorités européennes", a-t-on également indiqué de même source.

La France avait décidé en août 2016 l'interdiction de l'utilisation des néonicotinoïdes à partir du 1er septembre 2018, avec "certaines modalités d'application transitoires jusqu'en juillet 2020", a rappelé Matignon, ajoutant qu'une "expertise réalisée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire sur le sujet sera disponible en fin d'année".

L'interdiction des néonicotinoïdes a donné lieu lundi à un petite passe d'armes entre le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot et celui de l'Agriculture Stéphane Travert. "Dès lors que la santé est mise en cause, je ne veux faire aucune concession", a déclaré M. Hulot, répondant ainsi à M. Travert qui avait affirmé sur RMC/BFM TV que certains pesticides "n'ont pas de produit de substitution".

"Nous devons pouvoir autoriser des dérogations pour en permettre l'utilisation afin que nos producteurs continuent à travailler dans de bonnes conditions", avait affirmé M. Travert. Les néonicotinoïdes sont accusés d'être notamment responsables du déclin des abeilles.

Sur le même sujet

Commentaires 24

Mouki

Oui interdisons les neonicotinoides de suite , on verra le résultat je pari que varroa médiocrité des api ont une grande part de responsabilite

CRASH38

Le premier sénateur qui osait discuter de la suppression de pesticides se faisait traiter d’empoisonneur par ses collègues ! Allez discuter avec des écolos bobos noyautés par des pseudoscientifiques issus d'ONG financées par le ministère de l'écologie c'est à dire par nos impôts, laminés par nos syndicalistes financés par les chambres d'agriculture c'est à dire par nos impôts fonciers ! On se donne des gifles par plaisir !
Où sont les victimes des pesticides ? Souvent incultes peut être illettrés, incapables de lire un mode d'emploi, ou des écolos bobos citadins bourrés de parasites ? La gale apparait dans les écoles? On rigole, le directrice refuse de traiter les locaux avec des poisons !

Bruno 02

Pour agri : Non, les apiculteurs ne le savent pas, ils gobent comme des mouches ce qui est mis devant eux. Et, je le précise, je suis un ancien apiculteur dont les ruchers étaient à 30 cm de mes champs...
Ils ont été détruits non par mon pulvé, mais par une tornade en décembre....
Mais bon, il est tellement facile de prendre une cible agitée sous le nez que de remettre en question le problème de la compatibilité des abeilles avec les changements climatiques que nous observons tous....
D'ici 2 ou 3 ans, on leur fourguera une autre raison agricole que le Gaucho....

artban

oui des parisiens nous en avons vu arriver il y a plus de 60 ans, et on allait voir ce qu on allait voir , mais quelques années plus tard ils sont tous repartis, avait ils fait fortune ? ou non.

Bruno 02

On retire l'usage AGRICOLE des néonicotinoïdes, pas l'usage urbain : 428 intoxications à l'imidaclopride, 428 intoxications par des particuliers....
La preuve ? pas question de retirer l'imidaclopride ( gaucho ) comme anti puce et autres utilisations domestiques, hein...
Parce que sinon, vous auriez 75% de la population qui exigerait le retour du Gaucho, et s'en taperait royalement du sort des abeilles...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier