OGM : aux États à « prendre leurs responsabilités »

OGM : aux États à « prendre leurs  responsabilités »

Accusée d'avoir dégagé la voie à la mise en culture d'un nouvel OGM, la Commission européenne renvoie la balle aux États et soutient qu'ils pourraient se doter des moyens pour bannir les plantes transgéniques chez eux.

"La commission n'a pas d'autre choix que d'autoriser la culture de cet OGM", martèle l'exécutif bruxellois après l'échec des Etats membres de réunir mardi une majorité qualifiée pour rejeter la demande d'autorisation pour la culture du maïs TC 1507 du groupe DuPont-Pionner.

"Mais si le TC 1507 est adopté, les États auront la possibilité de le bloquer sur leur territoire s'ils le souhaitent. Il leur suffit d'adopter la proposition de la Commission présentée en 2010", soutient Tonio Borg, le commissaire chargé de la Santé. Le sujet a été inscrit à l'ordre du jour de la réunion des ministres de l'Environnement de l'UE le 3 mars à Bruxelles et la Commission européenne a invité les États à "prendre leurs responsabilités".

Cette proposition permet à chaque Etat d'interdire la culture d'un OGM sur tout ou partie de son territoire pour des raisons autres que la santé et l'environnement, comme l'ordre public, l'aménagement du territoire ou la lutte contre la dissémination. 25 États seraient en faveur de cette proposition avalisée par le Parlement européen, mais elle est bloquée par plusieurs  pays. Si elle est adoptée, les Etats ne pourront plus s’opposer aux demandes de culture et de commercialisation des OGM au niveau européen.

L'enjeu est économique et il se joue aussi au niveau des négociations engagées avec les Etats-Unis pour un accord de libre-échange entre l’UE et les USA. "La Commission veut à tout prix donner des gages au Canada et aux États Unis" accuse l'eurodéputé vert français José Bové, farouche opposant à la culture des OGM. "Les plus chauds partisans du traité transatlantique (la chancelière allemande Angela) Merkel et Cameron (le Premier ministre britannique) ne se sont pas opposés au TC 1507. Ce n'est pas un hasard", a relevé son compatriote Yannick Jadot.

A l'approche des élections européennes, la Commission est consciente des tensions politiques provoquées par ce sujet. Le groupe des Verts au Parlement européen a menacé mercredi du dépôt d'une motion de censure pour tenter de la faire reculer.  L'exécutif bruxellois va donc chercher à temporiser avant de rendre effective l'autorisation du TC1507, et au vu des procédures légales à suivre, elle ne devrait pas le faire avant le scrutin européen.

Sur le même sujet

Commentaires 4

avatar

visibelment les discours syndical est bien assimilé par certains.... insturmentaliser la science , c'est vrai que les etudes pour l'homologation des ogm sont realisé par le semnceir lui meme..... belle exemple d'impartialité
c'est vrai que lorsque 22 pays ne sont pas pour une proposition , le pour l'emporte logique
c'est vrai que lorsque 25 pays sont pour une loi permettant a qui le veut d'interdire les ogm sur son territoire, si les 2 autres ne sont pas ok c'est a eux que l'on donne raison
en tout cas aujourd'hui on arrive a trouver
et peut etre qu'un jour on fera payer tres cher au paysans les effets sanitaires des pesticides et bientot des ogm juste retour des choses ( d'ailleurs aucun assureur n'est pret a prendre le risque ogm)

fairytales

mais pourquoi donc ces agridustriels veulent absolument des ogm, produire plus pour gagner moins ,casser les marchés , inonder les gms de choses que les consommateurs ne veulent pas ( plutot que de faire des emballages en disant ce qu'il n 'y a pas dedans pourquoi ne pas faire d'emballage avec ecrit ce qu il y a dedans , une belle etiquette avec ogm et on verrait la consommation) il y a de plus en plus de marché sans ogm qui s'ouvrent
on est conscient que les industriels de l'agriculture ont toujours ralé de perte de liberté mais ont toujours été ravi d'etre pieds et poings liés au marché d'engrais et de phytos ( plus que partout ailleurs en europe) et maintenant il faut etre tenu apr les c.... par les semenciers.....
mais bon la profession n'est pas a un sabotage pres pour imposer les ogm en france un syndicat a demander a la diplomatie americaine de surtaxer les produits agricoles francais ( belle mentalité) tout ca dans quel but???hormis gaver monsanto
et gilook qui nous que la france craint quelque chose ?????? mais se rend on compte de la marche de l'UE , 18 pays contre , 4 abstentions, 5 pour ....le pour l'emporte ???????????????????????????????? !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! vivement les prochaines municipales avec ce mode de decision... decompte des voix, M. kinoquoi 1000 voix ( sur 1100 votants) Mme poulmouth 8 voix ... bravo a notre nouvelle maire Mme poulmouth

gilook

La France craint la nouvelle réglementation proposée par la Commission europeenne parcequ'elle devra avouer qu'elle rejette les OGM pour des raisons politiques alors que jusqu'à présent elle se permettait d'instrumentaliser la science pour justifier ses décisions.

gaec61

si cela pouvait etre vrai que l'ont pourrait faire du mais OGM, mes je pense qu'une bande de bureaucrate français va tous faire pour faire interdire les OGM en france, comme ca on aura encore plus retard que les autres et apres on appelLe ca l'europe, et bien pour moi on est loin.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier