OGM : l'Assemblée vote de nouveau la transposition des nouvelles règles européennes

Avec AFP

OGM : l'Assemblée vote de nouveau la transposition des nouvelles règles européennes

L'Assemblée a de nouveau voté mardi le projet de loi transposant les nouvelles règles européennes d'autorisation de mise en culture des OGM.

Députés et sénateurs étaient tombés d'accord en commission mixte paritaire sur la rédaction de ce texte concernant "l'adaptation au droit de l'UE en matière de prévention des risques". Après ce vote de l'Assemblée, il sera adopté définitivement par un scrutin au Sénat, prévu le 14 décembre. Le projet de loi transpose notamment une directive européenne adoptée en début d'année et relative à la mise en culture des OGM. Elle permet aux États membres d'interdire cette mise en culture, même en cas de feu vert de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Les réfractaires pourront invoquer des raisons socio-économiques, environnementales ou liées à l'utilisation des terres agricoles. Les Etats membres autorisant les cultures devront aussi prendre des mesures pour prévenir la contamination des cultures non-OGM, notamment dans les pays voisins. Le MON810, seul OGM actuellement autorisé dans l'UE, est cultivé dans trois États: 110.000 hectares en Espagne, 9.000 au Portugal et 3.000 en République tchèque.

"Surtransposition"

A l'unisson de plusieurs orateurs sur tous les bancs, l'écologiste François-Michel Lambert a dit ses "inquiétudes" sur ces autorisations "à la carte" alors qu'il faudrait "une politique européenne harmonisée". Son groupe s'est abstenu. Les députés Les Républicains ont voté contre le projet de loi, critiquant notamment une "surtransposition" de la directive concernant la délivrance des autorisations de mise sur le marché des produits biocides (insecticides etc). Le projet de loi permet aussi de renforcer la protection de l'environnement marin et des économies côtières, notamment en accroissant la sécurité des forages pétroliers en mer et en garantissant une indemnisation rapide des victimes en cas d'accident. Le texte modernise encore plusieurs aspects du droit relatif aux produits chimiques et prévoit ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre fluorés de 80% dans les 15 ans. Députés et sénateurs s'étaient accordés sur un article que le Sénat avait supprimé, portant sur les stockages souterrains de gaz naturel, d'hydrocarbures et de produits chimiques, qui a donc été réintroduit.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier