« Pas d’inquiétude à avoir » sur la qualité du blé (FranceAgriMer)

Lise Monteillet

« Pas d’inquiétude à avoir » sur la qualité du blé (FranceAgriMer)

Alors que la campagne 2016/2017 est presque terminée, la nouvelle moisson s’annonce sous de meilleurs auspices en France.

« Il y aura du blé de suffisamment bonne qualité », estime Rémi Haquin, le président du conseil spécialisé des céréales de FranceAgriMer, à l’issue du conseil spécialisé céréales, le 12 juillet. Ce dernier n’a cependant pas donné d’estimation concernant la quantité de récolte.

Agreste, le service Statistiques du ministère de l’Agriculture, a pour sa part publié une estimation de production de blé tendre de 36,2 millions de tonnes au 1er juillet. Elle augmenterait de 31 % par rapport à la récolte historiquement faible de 2016 et serait proche de la moyenne 2012-2016. Le rendement serait quant à lui de 70,4 q/ha.

Tous ces chiffres doivent encore être manipulés avec « une grande prudence », rappelle Olivia Le Lamer, adjointe au chef de l’unité « grains et sucre » de FranceAgriMer. « On en saura plus dans dix jours », ajoute Rémi Haquin, qui précise que les moissons devraient battre leur plein en fin de semaine si la météo est au rendez-vous.

Les pluies tombées récemment auront-elles un impact significatif sur la récolte ? « La situation est plus délicate pour le blé dur que pour le blé tendre », résume Olivia Le Lamer. La région Poitou Charentes serait particulièrement touchée. « Mais tout ce qui a été récolté avant est superbe », relativise Rémi Haquin.

Des qualités hétérogènes

« En blé tendre, il y a une vigilance forte », poursuit-il. « Les organismes stockeurs font des analyses dès les premières remorques » afin d’isoler des lots en fonction du critère de Hagberg (indice de chute). « Les taux de protéines sont plutôt bons. Avec la pluie, il y aura peut-être une petite perte au niveau du poids spécifique, mais cela devrait rester correct », prévoit Rémi Haquin.

Si ces prévisions se confirment, la nouvelle moisson devrait permettre de tourner la page de la récolte catastrophique de 2016. Néanmoins, les épisodes de gel, de chaleur et le manque de pluie qui ont marqué le premier semestre 2017 devraient limiter le potentiel de récolte.

Concernant la campagne 2016/2017, qui est presque terminée, les dernières évaluations de FranceAgriMer font état d’une production de blé tendre française de 27,6 millions de tonnes. Les exportations vers pays tiers ont souffert de ce mauvais résultat, en baisse de 61 % par rapport à la campagne précédente, pour atteindre 4,9 millions de tonnes au 1er juillet 2017. C’est d’abord l’Algérie qui a bénéficié des volumes exportés, puis la Côte d’Ivoire et Cuba.

Sur le même sujet

Commentaires 11

duracuire

pas d'inquietude ....du bon blé a bas prix voila la bonne affaire ...."en marche ,en marche "vers la disparition du paysan chaque jour qui passe

@gerard

etonnant tu ne parle des colza dans l'eure en picardie dans la marne au dessus des 45 ou 50 qx et meme ceux qui tutoient 60qx, on dit juste tres bon mais on sepanche sur le moins bon

@gerard

les plaines de l'eure sont rarement a plaindre , on fait des choix dans la vie , j'ai decidé d'arreter les blé sur blé qui n'a pas de sens trop risqué, ici ou on fait 63qx/ha de moyenne cette année c'est 74qx , alors oui c'est tres rare les belles regions deja favorisé par les primes , ont des recoltes moins bonnes que les mauvaises regions ca arrive tous les 50ans

gerard 27

NON la qualité n'est pas bonne ! 67 de PS en b/b dans les plaine de l'Eure (pire que 2016). C'est quoi cette désinformation. Et les rendements - 15 qx ! Colza très bons en revanche

@crash38

Moi je ne fais pas de bio mais tu m as l air aigri , si tu es jaloux des bios tu peux prendre le risque de te lancer
Pourquoi n y aurait il pas de problème de os de proteine de hagberg un ami fais du bio en Seine et Marne j ai vu les grilles qualités du ble elles sont bien plus exigeantes que les nôtres , quant aux primes elles sont un dû pour toi qu on ne peux reprendre, tu n es pas capable de faire du cours mondial

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier