Pau : les "faucheurs volontaires" occupent le siège de l’AGPM

S C avec AFP

Pau : les "faucheurs volontaires" occupent le siège de l’AGPM

Une quarantaine de "faucheurs volontaires" hostiles au maïs OGM occupaient ce matin le siège social de l'association générale des producteurs de maïs (AGPM). Ils redoutent que les producteurs français sèment des variétés transgéniques alors que l'arrêté d'interdiction n’a pas été publié.

Les "faucheurs", qui souhaitaient rencontrer la direction de l’association, ont investi le site, basé à Montardon (Pyrénées-Atlantiques) dans la banlieue de Pau et y ont installé des banderoles proclamant "Pas de brevet sur le vivant" ou encore "No GMO, ni ici ni ailleurs ».

Selon un membre du Collectif, l’action vise à montrer leur "détermination" en cas "de résistance" de l'AGPM, branche spécialisée de la Fnsea, à l'arrêté d'interdiction de la culture du MON810 du groupe Monsanto sur le sol français.  Le gouvernement a annoncé le 18 février la publication mi-mars de ce texte qui vise à empêcher d'éventuels semis d'OGM avant une nouvelle loi, qui sera discutée à l'Assemblée le 10 avril. Vendredi, l'arrêté n'était toujours pas publié alors que les semis ont débuté depuis quelques jours.

Luc Esprit : "les producteurs respecteront le droit"

Le directeur général de l'AGPM, Luc Esprit, a condamné des "méthodes inacceptables" et annoncé que son organisation avait déjà porté plainte.  Sur le fonds du dossier, il rappelle que "les différentes solutions, si elles sont intéressantes pour les producteurs, doivent exister" mais il assure que les producteurs "respecteront le droit" et ne planteront pas d'OGM si cela est interdit.

 Pour lui il est également exclu que "des producteurs se risquent à planter des OGM cette année au risque de devoir détruire leurs parcelles" lorsque l'arrêté d'interdiction sera publié.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires