Pause dans l'utilisation des biocarburants de première génération

S C

Dans son plan d'action pour "limiter les effets de la hausse des prix des céréales", Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, prévoit notamment une pause dans le développement des biocarburants entrant en concurrence avec les cultures à vocation alimentaire.

Ethanol ou biodiesel ?

Le biodiesel (issu d’huiles de colza, tournesol et soja) est actuellement incorporé au gazole sous forme de carburant banalisé (sans obligation de marquage à la pompe) avec un taux maximum de 7% en volume ou dans un carburant dédié aux flottes captives des collectivités et des entreprises, avec un taux maximum de 30 % en volume (B30).

 L’éthanol (issu de betterave, canne à sucre, blé ou maïs) est  incorporé à l’essence sous forme de carburant banalisé au taux maximum de 10 % en volume (SP 95, SP 98 et SP 95-E10) ou dans un carburant dédié aux véhicules à carburant modulable (flexfuel) avec un taux maximum de 85 % en volume (superéthanol - E85).

Cette pause se traduira au niveau national par la limitation à 7% du taux d'incorporation dans les carburants des biocarburants dits de première génération, issus notamment des cultures de maïs, de canne à sucre, de céréales ou encore de soja, de colza et de tournesol. Paris entend atteindre l'objectif européen de 10% d'énergies renouvelables dans les carburants (d'ici 2020), en favorisant le développement des biocarburants dits de deuxième génération.

Ces derniers utilisent de la matière organique n'entrant pas en conflit avec l'alimentation ou des végétaux poussant sur des terres agricoles peu productives. La France entend en outre faire de sa proposition une "position collective au niveau européen", poursuit le texte présenté par M. Le Foll.

D’après l’Ademe, environ 2,8 millions de tonnes de biocarburants (chiffres 2010) ont été consommées sur le marché français, représentant 6,7 % (en pouvoir énergétique) de la consommation nationale annuelle d’essence et de diesel. Ils se répartissent entre biodiesel (2,12 millions de tonnes) et éthanol (710 milliers de tonnes).

.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier