Pour lutter contre la chrysomèle : Les maïsiculteurs réclament un accès aux OGM

SC

Face à la progression de la chrysomèle, les producteurs de maïs européens demandent une évolution de la réglementation et un accès aux OGM pour «préserver l'avenir des filières maïs en Europe ».

Le piégeage de 300 insectes sur une vingtaine de nouveaux foyers cet été confirme l'installation progressive de l'insecte en Alsace et en Rhône-Alpes. Face à l'avancée de ce fléau, les producteurs européens de maïs (réunis au sein de la CEPM*) montrent du doigt les limites de la lutte mise en place.

La réglementation européenne classe la chrysomèle comme insecte de quarantaine. Ceci implique une lutte obligatoire «lourde de contraintes» pour les maïsiculteurs touchés. La réglementation impose notamment une stratégie d'éradication dans les zones indemnes. «Cette réalité est devenue économiquement intenable pour les maïsiculteurs concernés», estiment les producteurs européens.

Une caisse de solidarité professionnelle, alimentée pour moitié par l'État et pour autre moitié par la profession, a bien été mise en place pour indemniser les maïsiculteurs pénalisés mais un tel mécanisme risque de montrer rapidement ses limites sur le plan financier à mesure que l'insecte s'installera.

Les moyens de lutte insuffisamment disponibles

Les producteurs européens réclament donc l'accès aux mêmes techniques que leurs concurrents, notamment Américains. Aux États-unis, les agriculteurs seraient parvenus à gérer l'insecte grâce à l'utilisation des traitements de semences ; des OGM résistants à la chrysomèle et de la rotation. «Avec sa frilosité extrême vis-à-vis des OGM, l'Europe se prive d'un outil de lutte majeur», estiment-ils.

«Les producteurs de maïs européens ne peuvent accepter de continuer à subir les incohérences d'un politique qui ne leur permet pas de produire des OGM alors même que les citoyens européens en consomment via les importations».

Observée pour la première fois en Serbie en 1992, la chrysomèle du maïs n'a cessé de progresser pour atteindre différents pays d'Europe centrale ainsi que l'Italie et la France. Cet insecte et ses larves, engendrent des dégâts importants dans les quelques années qui suivent son apparition dans les parcelles.

* CEPM : Confédération Européenne de la Production de Maïs

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier