Prix des terres : Contraction sur le marché foncier rural en 2009

Gabriel Omnès

Prix, nombre de transactions, surfaces échangées : tous les indicateurs sont en recul pour l'année 2009, marquée par la crise.

La crise économique, et particulièrement la crise agricole de grande ampleur, ont rattrapé le marché rural, même si le gaspillage des terres continue », a annoncé André Thévenot, président de la fédération nationale des Safer.
En 2009, l'hectare de terre libre s'est monnayé en moyenne 5090 euros, en recul de 1,6 % par rapport à 2008. Au cours d'une année placée sous le signe de la contraction — des prix, mais aussi du nombre de transactions et des surfaces échangées — le prix déboursé par les agriculteurs a reculé de 3,9 %, contre seulement 0,3 % pour les non agriculteurs. « L'écart du prix moyen des terres payé par les acquéreurs agriculteurs et non agriculteurs s'élevait en 2009 à 8 %, contre 4 % en 2008. Cela témoigne du statut de valeur refuge des terres agricoles, a souligné Robert Levesque, directeur de Terres d'Europe-Scafr. On assiste à un retour vers la terre de gens imposés à l'impôt sur la fortune qui veulent diversifier leur patrimoine. »

L'an passé, 35 000 hectares de terres agricoles ont été vendus à des fins de changement d'usage. (V. Marmuse / CAIA)

L'an passé, 35 000 hectares de terres agricoles ont été vendus à des fins de changement d'usage. (V. Marmuse / CAIA)

L'urbanisation se poursuit

La vente de terrains agricoles pour un changement d'usage, avec possibilité de construire dans les années qui suivent, a continué de progresser. Plus de 35 000 hectares de surfaces agricoles ont ainsi été vendus en 2009 à cette fin, en retrait toutefois de 10 000 hectares par rapport à 2008 en raison de la crise. Pour la troisième année consécutive, ce marché (3,4 millions d'euros), dépasse en valeur celui des terres demeurant à usage agricole, évalué à 3,3 millions d'euros pour 305 000 hectares en 2009. Le prix des terrains constructibles de moins d'un hectare acquis par des particuliers est 52 fois supérieur au prix des terres et prés libres. Le béton a de beaux jours devant lui.

Source Réussir Céréales Grandes Cultures Juillet-Août 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier