Recherche : Le sol a son « Big Brother »

Nicole Ouvrard

Un dispositif lourd a été installé en profondeur sur 22 hectares pour analyser le fonctionnement du sol.

Le site de l'Inra d'Estrées-Mons, dans la Somme, héberge depuis cet été un observatoire de recherche en environnement. Pour sa mise en place, douze fosses ont été creusées sur une parcelle de 22 hectares. Elles ont été équipées de multiples capteurs d'humidité, tensiomètres, lysimètres et autres bougies poreuses, le tout étant connecté en continu à des centrales de collecte de données et à un terminal informatique. Les fosses ont été rebouchées à la fin de l'été afin de les mettre en culture, ce qui permettra de suivre chaque année l'impact environnemental des parcelles de pois, blé, colza ou switchgrass.

Le suivi agro-environnemental des sols sur le site de l'Inra d'Estrées-Mons doit se poursuivre durant une vingtaine d'années. (G. Paillard/Inra)

Le suivi agro-environnemental des sols sur le site de l'Inra d'Estrées-Mons doit se poursuivre durant une vingtaine d'années. (G. Paillard/Inra)

Suivi en temps réel

L'objectif de l'unité de service Agro-impact, qui travaille sur le projet, est de suivre en temps réel à la fois la qualité des sols, les pollutions diffuses, la vie organique, la circulation de l'eau, la qualité de l'air ou encore la dynamique sur une longue période des cycles du carbone, de l'azote et d'autres éléments minéraux.
Les travaux sont engagés pour 15 à 20 ans. Le site d'Estrées-Mons rejoint ainsi le réseau de recherche sur les agro-écosystèmes, cycles biogéochimiques et biodiversité qui comprend les sites Inra de Theix (Puy-de-Dôme) et de Lusignan (Vienne).

Source Réussir Grandes Cultures Novembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier