Rendements blé tendre: bons dans le Sud, hétérogènes dans le Nord

Les chantiers de récolte situés au nord de la Loire ont été retardés par les pluies (Photo A. Boisleux).
Les chantiers de récolte situés au nord de la Loire ont été retardés par les pluies (photo A. Boisleux).

Alors que la récolte de blé est terminée dans le Sud et qu’elle bat son plein au nord de la Loire, FranceAgriMer et Arvalis dévoilent leurs dernières estimations.

Ralentie par le temps pluvieux dans le nord de la France, les moissonneuses sont désormais en pleine activité dans les secteurs les plus septentrionaux et sur les bords de la Manche. Le retour du soleil devrait permettre une avancée importante des récoltes cette semaine.

Rendement moyen national : 75 q/ha

Au 9 août, selon la dernière enquête de FranceAgriMer, la production 2012 dépasserait les 36,5 Mt (contre 34 Mt en 2011). Le rendement moyen national est estimé à 75 q/ha, soit un niveau largement supérieur à la moyenne quinquennale (71 q/ha). Dans la plupart des régions, les rendements sont en progression du fait d'un climat  frais et humide au printemps qui a permis de très bonnes conditions de montaison sur une grande partie du pays.

Dans ce contexte, les parcelles en sols superficiels, plus filtrantes, donnent généralement de très bons rendements, alors que les terres profondes ont des résultats plus limités par rapport à leur potentiel, réduisant ainsi les écarts entre types de sols. Une hétérogénéité est néanmoins observée selon les parcelles, en raison notamment des dégâts de l’épisode de gel hivernal et de la pression des maladies.

+20% dans le quart sud-ouest

Dans le quart sud-ouest, les rendements sont particulièrement bons, en hausse de plus de 20 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années (60 à + 65 q/ha en Midi-Pyrénées et en Aquitaine,  75 q/ha en Poitou-Charentes). L’Auvergne et la région Rhône-Alpes obtiennent aussi de très bons résultats, autour de 65 q/ha. Le sud de la région Centre, la Bourgogne et l’Alsace affichent des rendements moyens entre 70 et 73 q/ha.

Les rendements progressent également  dans les Pays de la Loire (75 q/ha), dans le nord de la région Centre et en Basse-Normandie (autour de 80 q/ha). Ils se situent dans la moyenne en Picardie (aux environs de 85 q/ha).

Les rendements sont beaucoup plus  hétérogènes dans le Nord-Est (Champagne-Lorraine) en raison de l’épisode de gel qui a fortement affecté le peuplement épi, la fin de cycle ne permettant qu’un rattrapage partiel. Ils se situent tout de même dans la moyenne en Champagne (78 q/ha), mais la Lorraine voit ses rendements baisser à moins de 65 q/ha.

Des teneurs en protéines comprises entre 11 et 11,5%

Au niveau de la qualité, FranceAgriMer reste optimiste : les teneurs en protéines moyennes sont généralement comprises entre 11 et 11,5 % et atteignent parfois 12 %. Des teneurs plus basses peuvent toutefois être observées selon les parcelles. Les poids spécifiques moyens sont aujourd’hui corrects, souvent situés au-delà de 76-77 kg/hl en moyenne (79,4 kg/hl en 2011), mais peuvent avoir été affectés par les pluies.

Les conditions fraîches et humides de cet été dans certaines régions du nord de la France peuvent faire craindre des baisses d’indice de chute de Hagberg sur les variétés les plus sensibles. La qualité sanitaire semble globalement d’un niveau satisfaisant.

 

Source d'près FranceAgrimer

Sur le même sujet

Commentaires 1

Pleinchamp

Et chez vous ? Comment se sont passées les moissons ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires