Semenciers et producteurs vont attaquer le nouvel arrêté d'interdiction du MON 810

Semenciers et producteurs vont attaquer le nouvel arrêté d'interdiction du MON 810

Semenciers français et producteurs de maïs affiliés à l’AGPM vont attaquer l'arrêté d'interdiction de culture du MON810, maïs transgénique de l'Américain Monsanto. Ils plaident le droit d'"accès aux innovations biotechnologiques".

L'Union française des semenciers (UFS) va attaquer "dans les plus brefs délais" cette nouvelle interdiction, comme elle l'avait déjà fait par le passé, obtenant déjà gain de cause auprès du Conseil d'État en 2013 et 2011, annonce-t-elle dans un communiqué mardi.

"Le secteur semencier et les agriculteurs doivent avoir accès aux progrès permis par les innovations biotechnologiques, et ce dans le respect de la coexistence des filières OGM et non OGM prévue par la loi française de 2008", justifie l'organisation, qui compte parmi ses adhérents le géant américain Monsanto, silencieux depuis ce weekend.

De son côté, l'association générale des producteurs de maïs (AGPM annonce aussi "une procédure devant le Conseil d'Etat afin d'obtenir l'annulation de l'arrêté ministériel publié au Journal Officiel du 15 mars 2014".

Elle pointe les "incohérences sur le fond dans la gestion politique de ce dossier" et "l'absence d'éléments scientifiques nouveaux depuis les annulations des arrêtés d'interdiction antérieurs en 2011 puis 2013".

Le ministère de l'Agriculture a publié samedi un arrêté interdisant la commercialisation, l'utilisation et la culture du MON810 en France, alors que celui-ci est autorisé en Europe. Le gouvernement souhaite sécuriser juridiquement cette interdiction par une loi qui doit être débattue à l'Assemblée le 10 avril.

Le MON810 est le seul OGM actuellement cultivé dans l'Union européenne. Il s’agit d’un maïs Bt donnant une résistance aux ravageurs, comme la Noctuelle du maïs et la Pyrale du maïs. Ce gène permet à la plante de résister à ces insectes ravageurs par la sécrétion d'un insecticide naturel.

Sur le même sujet

Commentaires 6

pro OGM

@narthex: Je ne m'y connais pas assez pour pouvoir juger de leurs dangerosité ou non. Je sais seulement que ça fait une trentaine d'année que d'autre pays d'amérique du sud ou du nord l'utilise et le boeuf que nous mageons originaire de ces pays ne nous as pas intoxiqué. C'est vrai que des résistances au round up commence à apparaître mais celles ci ne peuvent être imputées au OGM, la bétise de l'homme à avoir utilisé massivement le glyphosate sans alterner les matières actives en est plutôt la cause. Le souci de la politique est que ceux qui nous gouvernent n'ont jamais pour la plupart créée une seule entreprise de leur vie

fairytales

Y en a qui aime être des esclaves

narthex

@pro ogm: et comment s’appelle un secteur où seul ceux qui s'autoproclament "connaisseurs" on droit , selon eux, à la parole......le débat sur les OGM a largement dépassé le cadre purement technique et c'est étendu à la politique (au sens large)....et je serais tenté de vous dire que le soucis de la politique c'est quand ceux qui n'y comprennent rien s'en mêlent....mais ce n'est pas ce que je pense et tout le monde à son mots à dire.....

PRO OGM

Le fait que l'on ne puisse pas re semer le mais est dû au fait que ce sont des hybrides ... On en veut. je dirais plutôt le soucis se trouve dans le fait que des gens qui ne connaissent rien au biotechnologies se mêlent au débat.

DD

NON AUX OGM PAR LEUR VIRULENCE ON VOIT L'INTERET FINANCIER DES SEMENCIERS . AVEC 30 M SOIT 40 PIEDS VOUS SEMEZ UN HECTARE DONC REVENONS SUR DES MAIS QU'ON PEUT RESEMER

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier