Sica de déshydratation : L'association France Miscanthus sur les rails

Nicole Ouvrard

Les industries de déshydratation de luzerne et de pulpes de betteraves voient dans le miscanthus un moyen d'améliorer leur bilan carbone. D'où la création de l'association France Miscanthus regroupant les Sica de déshydratation, la CGB et les actionnaires des sucreries. « Cette filière bénéficie du fonds européen de diversification dont la France dispose dans le cadre du plan national de restructuration sucrière », explique Alain Janroy, directeur général de la CGB. Un pilote industriel a été mis en place dans la Somme pour vérifier jusqu'à quel taux on peut substituer le charbon par le miscanthus en installant un adaptateur sur les fours en place. « On peut monter jusqu'à 70 % sans difficulté technique », assure Alain Jeanroy. Des contrats de plantation seront proposés pour le printemps.
Certaines usines ont investi dans des fours à biomasse. C'est le cas de l'UCDV dans l'Eure où 35 agriculteurs se sont engagés à produire 200 hectares de miscanthus. « Nous proposons un contrat sur quinze ans pour alimenter notre usine de déshydratation. Le miscanthus est associé au bois pour se substituer au charbon. Les agriculteurs recevront 1200 euros par hectare de subvention à l'implantation », explique Marie Jumentier-Bellenger, en charge du dossier à l'UCDV.

Miscanthus broyé après récolte. (S. Leitenberger)

Miscanthus broyé après récolte. (S. Leitenberger)

Source Réussir Grandes Cultures Novembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier