Sofiprotéol : En piste pour la deuxième génération de biocarburants

Nicole Ouvrard

L'établissement financier de la filière des oléoprotéagineux, annonce son engagement dans la deuxième génération de biocarburants.

« Nous sommes prêts à nous lancer dans la construction d'une unité pilote basée sur le site
de Venette dans l'Oise, près de Compiègne, et pour une deuxième installation en région
Centre, a expliqué Philippe Tillous-Borde, le directeur général. Cela demandera un
investissement de 120 millions d'euros. Nous attendons les autorisations de l'État ». Ce
projet de recherche va être réalisé en partenariat avec l'institut français du pétrole (IFP), le
commissariat à l'énergie atomique (CEA) et Air Liquide, grâce à la constitution d'un
consortium. Le financement sera réalisé par les membres du consortium. Une demande
d'aide a été effectuée auprès de l'Ademe.
Dans le Centre, c'est la première étape de la transformation qui sera étudiée. Elle consiste à
densifier la biomasse (ligno-cellulose de sous-produits ou de déchets de la sylviculture et
de l'agriculture), soit par pyrolyse pour produire une huile, soit par torréfaction pour obtenir
une poudre. Il s'agit là de réduire au minimum le volume de la matière première pour pouvoir
la transporter.


Il faudra une petite dizaine d'années pour que coulent les premières gouttes d'agrocarburant de deuxième génération. (www.leitenberger.fr)

Il faudra une petite dizaine d'années pour que coulent les premières gouttes d'agrocarburant de deuxième génération. (www.leitenberger.fr)

Huile ou poudre transformée en gaz

À Compiègne sera installé le pilote qui va mettre en oeuvre le procédé dit « biomass to liquid »
(BTL) visant à produire des hydrocarbures. L'huile ou la poudre sera transformée en gaz qui,
lui-même, sera transformé en molécules plus élaborées proches du gazole ou du kérosène. «
Nous tablons sur une installation de ces unités pilotes d'ici 2011 pour qu'en 2015, si les
résultats sont concluants, nous puissions lancer la construction d'une usine de deuxième
génération dont les premières gouttes de carburant couleraient en 2017 », a précisé Georges
Vermeersch, directeur des innovations et de la prospective chez Sofiprotéol.

Source Réussir Céréales Grandes Cultures Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier