Surfaces agricoles 2013 : consolidation en blé tendre, coup de mou pour le blé dur

Gabriel Omnès - Réussir Grandes Cultures Mai 2013

Surfaces agricoles 2013 : consolidation en blé tendre, coup de mou pour le blé dur
La sole de blé tendre avoisine cette année 5 millions d’hectares. © G. Omnès

L’état des lieux des surfaces publié en avril par le ministère de l’Agriculture fait état d’une progression en blé tendre et d’une nette baisse en blé dur et en orge de printemps.

Après l’année 2012 marquée par un profil atypique en raison des dégâts de gel, l’assolement 2013 retrouve vers une configuration plus conforme à la moyenne. À presque 5 millions d’hectares (Mha), le blé tendre gagne 2,2 % par rapport à l’an dernier (1,5 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années). L’orge de printemps, qui avait fortement profité du retournement de cultures d’hiver en 2012, perd 30 % sur un an. La chute se limite à 10 % par rapport à la moyenne. À l’inverse, l’orge d’hiver, durement touchée il y a un an, regagne des hectares (+ 11 % par rapport à 2012), mais reste sous la moyenne quinquennale (- 4,2 %).

Stabilité en colza

Le blé dur est l’un des grands perdants de l’année : sa sole s’affiche 9 % en dessous de la moyenne 2008-2012, à 400 000 hectares. Le colza reste relativement stable, légèrement au-dessus de 1,5 Mha. Les protéagineux, eux, ne sortent pas de la nasse. Le pois couvre seulement 128 000 hectares : c’est moitié moins que lors du sursaut provoqué par le plan protéagineux en 2010. Il est bien sûr trop tôt pour les pronostics de production. Lors du point presse suivant le conseil spécialisé Céréales de FranceAgriMer, début avril, Xavier Rousselin soulignait qu’un rendement tendanciel en blé aboutirait à une hausse de la production par rapport à l’an passé, compte tenu de la hausse des surfaces. « Et avec un stock de report prévu à 2,6 millions de tonnes, il y aura largement de quoi patienter si le retard de développement se maintient jusqu’à la récolte », a souligné l’expert.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier