Tereos : la baisse des cours du sucre fait fondre les bénéfices

Tereos : la baisse des cours du sucre fait fondre les bénéfices
En 2014, Tereos a fabriqué 3,9 millions de tonnes de sucre (+4%)

Le groupe coopératif Tereos, premier fabricant français de sucre connu pour sa marque Beghin Say, a vu son bénéfice net divisé par quatre sur son exercice décalé 2014/15, en raison de l'effondrement des cours mondiaux du sucre.

Le résultat net part du groupe s'établit à 43,2 millions d'euros contre 169,2 millions en 2013/14, a annoncé mardi le groupe, spécialisé dans la transformation de la betterave, canne et céréales. Tereos a souffert d'un "environnement particulièrement dégradé sur l'ensemble des métiers", a expliqué le président de son directoire Alexis Duval, lors d'une conférence de presse.

Les prix mondiaux du sucre sont au plus bas depuis 7 ans, les excédents de récolte ayant fait grimper les stocks à leur plus haut niveau depuis une décennie. Les prix sont aussi historiquement bas dans l'Union européenne où ils sont encore régis par un système de quotas qui prendra fin en 2017.

Les cours de l'éthanol, biocarburant fabriqué notamment à partir de betterave et de canne à sucre, sont aussi en chute depuis 6 ans, sous l'effet du recul du prix du pétrole.

Tereos, troisième producteur mondial de sucre

La tendance devrait rester "similaire" l'an prochain, selon Alexis Duval, qui prévoit "une deuxième année difficile, plus ou moins au même niveau avec une nouvelle baisse de l'activité sucrière européenne" qui pourrait toutefois être "compensée par l'activité internationale".

Le chiffre d'affaires recule de 8% (hors effets de change) à 4,3 milliards d'euros, sous l'effet de la baisse des prix, car les volumes ont en revanche augmenté.

Tereos a fabriqué 3,9 millions de tonnes de sucre (+4%), un "record" qui en fait le troisième producteur mondial de sucre contre le cinquième l'an dernier, a précisé M. Duval. Les volumes d'alcool et éthanol ont progressé de 16% et les produits amylacés (à base d'amidon) de 10%.

Tereos se félicite néanmoins du "démarrage réussi" d'importants investissements industriels à l'étranger, notamment des usines d'amidon de maïs et de sirop de glucose au Brésil, en Indonésie et en Chine.

 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier