Ukraine : La commercialisation des matières premières agricoles commence à être touchée

Agritel

Ukraine : La commercialisation des matières premières agricoles commence à être touchée

« L'impact des récents évènements de la crise ukrainienne sur le marché local des grains est de plus en plus marqué » déclare Michel Portier, directeur général d’Agritel, « notre bureau à Kiev constate les premiers retraits des agriculteurs à la vente depuis le début de la
semaine ». Sur les ports, les prix FOB du maïs ont augmenté de 5 $/t à 8 $/t depuis le début de la semaine et les cours s’affichent désormais à 225 $/t.

Depuis le 7 février 2014, la parité grivnas-dollars a chuté de 10 %. Les agriculteurs, commercialisant sur le marché local en grivnas, ont ainsi vu la valorisation de leur tonne de maïs chuter d’un équivalent de 15 $. Pour inciter les agriculteurs à rester positionnés sur les marchés, les acheteurs locaux ont depuis 2 jours revalorisé leurs offres. « Nos consultants à Kiev constatent que la tonne de maïs a été revue à la hausse d’une centaine de grivnas en base départ ferme, soit près de 11 $ », précise Michel Portier. Aujourd’hui l’ajustement à la hausse donné par les acheteurs locaux a quasiment compensé la dévaluation. « Jusqu’à présent les agriculteurs supportaient le léger différentiel, mais depuis le début de la semaine et avec le risque d’une deuxième dévaluation, nous observons leur retrait du marché. », ajoute Michel Portier.

Par ailleurs, il semble que les autorités ralentissent de plus en plus la sortie de marchandises. « Nous observons sur le terrain une tendance à la complexification des procédures d’obtention de chargement et d’export de marchandises. Si cela se développait, cela entrainerait un impact sur les marchés dans les prochains jours », note Michel Portier.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier