Une nouvelle marque de production « made in France » pour les céréales

S C

Une nouvelle marque de production « made in France » pour les céréales
L'objectif est de promouvoir le savoir-faire des céréaliers français.

La marque «Charte de production agricole française» est désormais la nouvelle identité des référentiels de production ARVALIS/IRTAC. Leur objectif : répondre aux exigences sanitaires et technologiques des industriels tout en garantissant l’origine française des matière premières mais aussi des pratiques culturales transparentes et respectueuses de l’environnement.

Depuis les années 2000, ARVALIS-Institut du végétal et l’IRTAC*, à la demande des agriculteurs, ont élaboré des chartes de production de céréales cultivées en France, que ce soit pour le blé tendre, le blé dur, les orges brassicoles, le maïs grain/fourrage ou le maïs doux.

Des chartes réalisées en collaboration avec toute la filière, des producteurs aux transformateurs en passant par les organismes stockeurs. L’objectif est de définir un socle commun de pratiques culturales et de stockage pouvant servir de référence lors de la signature de contrats avec les industriels. De nombreuses autres démarches, notamment de Label Rouge, s’appuient également sur ces référentiels.

A l’occasion de la sortie de la nouvelle version de ces chartes, la filière lance une signature commune « Charte de production agricole française », qui pourra être utilisée par les producteurs, les coopératives, les négociants mais aussi les industriels, pour illustrer leur engagement dans cette démarche.

9.000 producteurs, 242.000 ha

Une marque qui pourrait bientôt se retrouver sur les produits alimentaires eux-mêmes, biscuits, bières et autres aliments dont les matières premières ont été produites dans le respect de ces démarches. « La marque sera lancée dès 2014 par un biscuitier auprès des consommateurs » a annoncé Arvalis-Institut du végétal lors d'une conférence de presse.

Ces chartes de production sont appliquées aujourd’hui par une centaine de coopératives et négoces, soit 9.000 producteurs français qui cultivent plus de 240.000 ha en France à destination de la meunerie, de la filière brassicole ou d’autres industriels de l’agroalimentaire comme Géant vert, les biscuits Bouvard, Délifrance, Mc Donald.... Une démarche qui a séduit 1.270 nouveaux producteurs en 2013 ainsi que 3 nouveaux organismes stockeurs et 3 industriels.

*<strong> L' Institut de Recherches Technologiques Agroalimentaires des Céréales </strong>est une plateforme d'échanges fédérant 
les organisations professionnelles, les industries privées et coopératives de la filière céréalière.

 

 

 

Sur le même sujet

Commentaires 2

ohqueoui

encore un truc pour ne pas etre payer plus cher....tiens ma coop m'a parlé de ça en debut d'année en m'offrant les "etrennes " un magnifique polaire made in bangladesh et un pluviometre made in china .... c'est evidemment une excellente pratique francaise que de dire ce que je produis c'est made in france vous devez me l'acheter et plutot cher , par contre ce que j'achete je prends au moins coutant parce que c'est mon pognon ..avec ca on avance

geo

Si dans un mois des maïsiculteurs sèment du maïs OGM,permettez-moi de douter de la pertinence de cette charte. Pourquoi n'interdit-elle pas systématiquement le recours aux OGM pour se démarquer de la concurrence internationale et se positionner sur des débouchés spécifiques? Ah non c'est vrai, en France on est compétitifs donc on crée des semblants de charte mais on joue des muscles avec la concurrence mondiale alors même que nos normes culturales et nos spécificités nous mettent hors-course dès le 1er round!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier