Une rampe alu Pommier pour localiser le désherbage des betteraves

Raphaël Lecocq

Après un prototype de 12 m, Pommier s’apprête à lancer une présérie en 18 m
Jean-Bernard Leclercq

La rampe frontale en 3 X 12 rangs repliables se branche sur un pulvérisateur porté arrière sans rampe. La localisation est assurée par des pendillards et buses de 90°.

Pommier, 30 ans de rampes alu

Pommier a participé au record d'Evrard avec une rampe alu inédite de 44 m

C’est en 1986 que Pommier, PME basée à Viabon (28) a conçu sa première rampe alu. 30 ans plus tard, le constructeur en fabrique entre 1200 et 1500 unités par an, générant un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros. Depuis quelques années, la croissance est soutenue par le développement de l’export, qui représente désormais 70 % du chiffre d’affaires. Brésil, Australie ou encore Amérique du Nord constituent les terres d’élection de Pommier à l’export, où ses rampes alu, copiées mais pas égalées, équipent plusieurs marques d’automoteurs telles que Montana (groupe Kuhn) ou encore Hardi et Apache (groupe Exel Industries), John Deere, Case IH, Agco et autres fabricants. Au printemps 2016, Pommier a créé une filiale aux Etats-Unis (Iowa) pour y développer ses services (montage, réglages, réparations) et soutenir son activité. A partir de 2017, il y développera une activité de fabrication, s’ouvrant de nouvelles perspectives de croissance.

Légèreté et simplicité : tels étaient les maîtres-mots du cahier des charges de la rampe de traitement localisé développée par Pommier, spécialiste de la rampe alu équipant bon nombre de marques de pulvérisateurs, français et internationaux. 180 kg : c’est le poids de la rampe de 18 m, une alternative aux rampes en acier développées par plusieurs constructeurs. Pour la simplicité, le constructeur met en avant l’attelage conçu pour le relevage avant du tracteur et le raccordement trois voies au pulvérisateur porté arrière (non fourni par Pommier), dépourvu de rampes mais assurant la régulation.

Présérie pour le printemps 2017

Cette proposition est le fruit d’un partenariat développé il y a quelques années avec la Chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir, sous la houlette à l’époque de son conseiller en agroéquipement Jean-Bernard Leclercq. Un premier prototype en 12 m est mis à profit sur la station expérimentale que la Chambre exploite à Mermaigne (28), dans le cadre d’essais de réduction d’emploi des herbicides, en betterave et en colza mais également en blé via des semis en bandes de 20 cm espacées de 50 cm. Les premières préséries seront développées en 3 X 12 rangs, soit 18 m avec des espacements entre buses de 45 cm ou 50 cm. Les rampes à repliage central hydraulique sont portées et amorties par 6 roues de grand diamètre. La localisation s’opère par des pendillards de 30 cm et des buses à 90°. Précision et localisation oblige, la vitesse de travail préconisée est comprise entre 8 et 10 km/h.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier