3 ans et 3,5 M € pour le robot PUMAgri

Raphaël Lecocq

Image de synthèse de PUMagri
Sitia SA

Porté par sept partenaires dont Terrena, les Chambres d’agriculture de Bretagne et Irstea, le projet de robotique agricole, labellisé par le pôle de compétitivité Vegepolys, bénéficie du soutien financier du Fonds unique interministériel.

PUMAgri pour Plate-forme universelle mobile pour l’agriculture : tel est le projet de robot à usage agricole qui vient de recevoir l’appui du Fonds unique interministériel, dans le cadre du 20ème appel à projet. Le projet dédié à la robotique agricole est porté par Sitia (44), une entreprise spécialisée dans l’innovation robotique, au même titre qu’Effidence (63), autre partenaire du projet. PUMAgri associe également deux spécialistes de la vision, que sont Laris – Université d’Angers (49) et Visio Nerf (49). La caution agricole du projet est apportée par la coopérative Terrena (44), les Chambres d’agriculture de Bretagne et Irstea, l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’agriculture et l’environnement. PUMAgri est labellisé et accompagné par Vegepolys, le Pôle de compétitivité basé à Angers (49) spécialisé dans l’innovation variétale, la protection des plantes, les systèmes de culture et la contribution des végétaux au bien-être, à la santé et au cadre de vie.

Des objectifs concrets

Le consortium vise le déploiement de sa solution robotisée dans les filières du maraîchage, de la viticulture, de l’arboriculture voire des grandes cultures. L’amélioration de la fiabilité des systèmes robotiques, la sécurité, la perception visuelle ou encore l’autonomie figurent parmi ses axes de travail. Le postulat est le suivant : moins de pesticides, moins de pénibilité. « Pensé par et pour les agriculteurs, ce système remplira, de par sa modularité, de multiples fonctions, permettant un retour sur investissement rapide »,  souligne Sébastien Rubrecht, en charge de la coordination au sein de Sitia. Le consortium s’est fixé des objectifs commerciaux : vendre 500 machines à l’horizon 2023 et générer 50 emplois. Le projet bénéficie d’une enveloppe de 3,5 M € pour les trois ans à venir. Il doit contribuer à faire de la France un acteur majeur de la robotique appliquée à l’agriculture.

Sur le même sujet

Commentaires 1

dadada

pensé pour les agriculteurs....de brie , de beauce , de picardie, qui pourront se l'offrir comptant

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier