3ème chronique (nov.-10): Le battage axial, un concept déjà ancien qui a su évoluer

BTS GDEA DU LYCEE DE SOMME-SUIPPE

Le concept de battage axial a été développé aux USA à partir des années 60. Des prototypes à un seul rotor et à 2 rotors ont été testés entre 1963 et 1977. C'est International Harvester (aujourd'hui Case IH) qui a commercialisé la première axiale en 1979.

Par rapport à une machine conventionnelle, le principe consiste à réunir les fonctions de battage et de séparation sur un organe unique animé d'un mouvement de rotation positionné longitudinalement.
Le batteur comprend 3 parties :
-l'engreneur composé de 3 pales hélicoïdales force la récolte à l'intérieur du rotor.
-l'élément batteur qui assure le battage proprement dit est composé de battes hélicoïdales et longitudinales garnies de stries.
-l'élément séparateur lui aussi garni de battes lisses, hélicoïdales et longitudinales parachève le battage et accélère l'éjection de la paille.
Le cylindre extérieur quant à lui comprend également 3 niveaux :
-des lames de guidage hélicoïdales qui complètent l'action de l'engreneur, situées à l'avant.
-des grilles de contre-batteur à éléments interchangeables, dans la partie médiane.
-des grilles de séparation, à l'arrière.


Par rapport au système de battage conventionnel, le battage axial possède une grande surface de battage et de séparation car l'angle d'enroulement passe de 120 à 360°. Le battage s'effectue par frottements (friction) plutôt que par chocs, ce qui est un atout pour les grosses graines (ex : maïs) et respecte les graines fragiles (ex : semences). De plus, l'éjection du grain battu hors de la paille n'est plus gravitaire mais s'effectue par centrifugation. Les machines axiales se distinguent également par une simplicité de la chaîne cinématique, une construction rationnelle et une diminution des vibrations et du bruit. La combinaison de ces différents avantages permet donc d'obtenir une capacité de travail supérieure à une machine conventionnelle. Par contre, le système présente deux inconvénients liés à son principe même. Le fait que la récolte chemine dans un rotor de grande longueur (environ 3 m) brise la paille et occasionne des bourrages en conditions humides. Pour limiter l'impact de ces deux inconvénients, les constructeurs proposent différentes solutions :
-remplacement des lames hélicoïdales par des plots (ex : Case IH).
-rotor en escalier (3 diamètres différents) et décentré dans la cage (ex : John Deere S).
-double rotor de petit diamètre (ex : New Holland CR).

Malgré ces améliorations, le concept axial subit aujourd'hui la concurrence des machines dites « hybrides », comme nous le verrons dans notre prochaine chronique…

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier