7000 emplois offerts par les entrepreneurs de travaux

Raphaël Lecocq

Présente sur tous les salons, la Fnedt souhaite renforcer sa visibilité dans les processus d’orientation des jeunes

A l’occasion de leur congrès annuel, les 23 000 entreprises de travaux répertoriées en France pointent leurs forces et tentent de corriger leurs faiblesses pour attirer les demandeurs d’emploi.

Un homme, une machine, un savoir-faire : telle est la devise des entreprises de travaux agricoles, forestiers et ruraux ; Des machines, les 23 000 entreprises répertoriées en France n’en manquent pas puisque la Fnedt se considère comme le premier client de la filière machinisme. Pour ce qui est du savoir-faire, il n’y a qu’à s’attarder sur l’évolution qu’a connue la profession au cours de la décennie passée pour se faire une idée de la satisfaction des services offerts aux agriculteurs, exploitants forestiers et autres collectivités. Entre 2003 et 2010, le nombre d’entreprises de travaux a cru de 8 % et les effectifs salariés, le dernier maillon de la chaîne, ont augmenté  de 20 %, en s’établissant à 74 000. Chaque année, la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires (Fnedt) estime entre 5000 et 7000 le nombre d’emplois offerts par les entreprises de travaux.

Pénibilité et attractivité

Des besoins qui ne sont pas toujours satisfaits. Pénibilité, flexibilité, saisonnalité : tels sont les freins identifiés par la Fnedt. « Nous devons apporter des améliorations sur la pénibilité du travail, l’amplitude des horaires et la saisonnalité, indique Gérard Napias, président de la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires. Une étude réalisée en 2011 auprès de 957 jeunes en formation agricole indique que pour 67,3% d’entre eux, il est possible de concilier vie personnelle et professionnelle ». Côté attractivité, la passion, la diversité et la technicité des matériels, le contact avec les clients rencontrés, la polyvalence et la pluralité des activités comptent pour beaucoup dans le choix des jeunes. « Face à la montée du taux de chômage chez les jeunes et à la recrudescence des postes non pourvus, la Fédération nationale EDT et les entreprises de travaux travaillent pour que leurs métiers soient présents dans le panel des possibilités d’orientation, poursuit Gérard Napias Aujourd’hui, avec les formations proposées par Pôle Emploi, les jeunes au chômage peuvent retrouver un poste sans pour autant avoir fait leurs études dans ce domaine. Les reconversions sont parfaitement possibles. Les entrepreneurs de travaux attendent des jeunes qualifiés qui sauront développer et pérenniser leurs activités grâce auxquelles, une part du tissu économique local sera conservée dans les territoires ruraux ». Le 81ème congrès national de la Fnedt  se tient à Châlons-en-Champagne (51) du 23 au 25 mai.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires