Agritechnica 2011 : des semis plus rapides et plus précis

Raphaël Lecocq

Lemken introduit un capteur de pression sur son système d’enterrage à double disque OptiDisc
Lemken

La combinaison de progrès sensibles dans la distribution des graines et leur placement en terre permet d’accélérer la cadence de semis, pour les semoirs à céréales comme pour les monograines. L’électronique n’y est pas étrangère.

Capteur de pression de terrage

Contrairement aux semoirs monograines, dits aussi semoir de précision, les semoirs en ligne sont peu contraints par des problèmes de vitesse. Autrement dit, ils peuvent progresser dans la régularité du placement de graines, tant en profondeur que sur le rang. « Les améliorations actuelles des disques de semis portent sur le dépôt de la graine lors duquel le contact avec le sol doit être suffisant pour assurer une bonne germination, analyse Karlheinz Köller, professeur à l’université d’Hohenheim en Allemagne, membre de la DLG. Il est important de maintenir la profondeur de dépôt constante dans toutes les conditions de travail et de sol. Le développement d'un réglage de la pression du disque est un progrès considérable, Les variations de pression du disque sont enregistrées par un capteur fixé sur la roue de guidage de profondeur, avant d’être compensées, le cas échéant, par le système automatique de pression du disque. On assiste par ailleurs à la montée en puissance des commandes électriques pour le dosage des semences et le décompte des graines, grâce à des capteurs autorisant une régulation électronique assistée par GPS ». Aux côtés de ces évolutions avec l’électronique comme dénominateur commun, le développement en largeur de travail et en capacité de trémie, semences et engrais confondus, se poursuit.

Le semoir Tempo ou l’incursion de Väderstad dans le semis monograine, en mode rapide

15 km/h en monograine

En ce qui concerne les semoirs monograines, la précision est depuis toujours leur marque de fabrique. Le facteur limitant se situe donc davantage du côté de la vitesse de travail. Sauf que… « La tendance remarquable se situe dans l'augmentation des vitesses de travail, poursuit Karlheinz Köller. Après la première présentation d'un tel semoir en 2007, l'Agritechnica 2011 sera également l'occasion de voir des semoirs monograines dotés de technologies perfectionnées de séparation affichant des vitesses d'avancement de 10 à 12 km/h. En conditions favorables, les 15 km/h peuvent être atteints tout en assurant un dépôt de graine de grande précision. L'augmentation significative de productivité de chantier devrait avoir pour conséquence le développement du semoir monograine dans le semis des céréales et du colza ».

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier