Agritechnica 2011 : du RTK « low-cost » au tracteur « zero driver »

Raphaël Lecocq

RTK CLUE propose une solution de guidage économique reposant sur la mutualisation de stations RTK déjà existantes
Reichhardt

La combinaison de l’Isobus, d’internet et du Gsm rendent le signal RTK plus accessible aux plans spatial et financier. Le tracteur sans chauffeur devient aussi réalité.

La norme de communication électronique Isobus s’invite dans les systèmes de guidage automatique des tracteurs. Conséquence : elle réduit à néant les problèmes de compatibilité pouvant naître des différents constructeurs et boîtiers tentant de se faire une place dans la cabine des tracteurs aux côtés du propre système développé par le tractoriste. Dit autrement, elle redonne de l’indépendance à l’utilisateur du tracteur comme à tous les fournisseurs de récepteurs GPS et autres terminaux de commande embarqués. Le constructeur allemand Reichhardt enfonce le clou avec RTK Clue, un système de mutualisation des bases RTK existantes. Cette technologie basée sur l’Isobus a recours aux réseaux de télécommunication mobile et à l’Internet. Elle ne dépend d’aucun constructeur, qu’il s’agisse de la station de base RTK, du récepteur, de la console ou du logiciel.

Karlheinz Köller, professeur à l’université d’Hohenheim en Allemagne, membre de la DLG

Un « timon électronique » entre deux tracteurs

Les systèmes de guidage atteignent leur apogée avec la présentation du premier tracteur sans chauffeur. Les explications de Karlheinz Köller, professeur à l’université d’Hohenheim en Allemagne, membre de la DLG, organisatrice d’Agritechnica. « Les systèmes automatiques de guidage munis de gestion des tournières (manoeuvres automatiques de tour et de passage de vitesse) permettent aujourd'hui déjà de diriger le tracteur sans la moindre intervention manuelle du conducteur. La prochaine étape envisageable serait de se passer complètement de conducteur. De tels développements de véhicules autonomes ne sont pas nouveaux et ont été présentés sous forme d'étude pilote il y a plusieurs années de cela. Il s'agit par exemple du développement du « timon électronique », un système grâce auquel un tracteur sans conducteur suit avec un décalage temporel et géographique un tracteur conduit par une personne le précédant. Jusqu'à présent, l'utilisation commerciale a échoué surtout face aux risques de responsabilité du fait des produits. L'Agritechnica 2011 sera l'occasion de présenter pour la première fois une solution adaptée au marché. Ce système consiste à relier virtuellement deux tracteurs équipés de systèmes de guidage de haute précision. Le premier tracteur est commandé manuellement et communique par ondes radio avec le deuxième tracteur sans conducteur. Ce tracteur suit la voie ou une ligne prédéterminée avec un décalage temporel et spatial et tirant le même engin agricole. Le conducteur de la première machine doit surveiller les fonctions des deux machines. Les avantages en économie de travail sont évidents ».

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires