Application Isobus : Quand la presse commande le tracteur

Raphaël Lecocq

John Deere présente un ensemble tracteur presse à balles rondes où celle-ci commande l'arrêt du tracteur avant l'éjection de la balle. Le rapport de force s'inverse entre tracteur et outil. Premier bénéficiaire : le chauffeur.

Des Hommes aux ordres des machines ? C'est encore science-fiction même si à bien des égards, de nombreuses petites machines (téléphones, micro-ordinateurs…) auraient tendance à s'insinuer toujours plus fortement dans nos rythmes de vie. Dans le domaine des agroéquipements, le tracteur régnait jusque là en grand seigneur, dictant sa loi aux différents attelages, pour peu que ces derniers soient proportionnés en conséquence. Avec son système Baler Automotion, développé sur un ensemble tracteur presse à balles rondes, John Deere transfère une partie des pouvoirs à la machine attelée.

Confort et productivité

C'est au moment du remplissage final de la chambre que la presse va dicter le comportement du tracteur, en lui commandant successivement le ralentissement puis l'arrêt de l'avancement, le liage filet, l'ouverture de la porte, l'éjection de la balle, la fermeture de la porte et enfin le redémarrage du chantier de pressage. Ces nouvelles fonctionnalités sont permises par la mise en oeuvre de la norme Isobus, laquelle permet aux capteurs et calculateurs embarqués sur le tracteur et les outils de se reconnaître et de partager des informations. Le confort du chauffeur et la productivité de chantier se voient ainsi flattés. Baler Automation est développé sur la gamme de presses à chambre variable de la série 800.

La presse équipée du système Baler Automotion commande l'immobilisation du tracteur, le liage filet, l'ouverture de la porte, l'éjection de la balle… (Doc John Deere)

La presse équipée du système Baler Automotion commande l'immobilisation du tracteur, le liage filet, l'ouverture de la porte, l'éjection de la balle… (Doc John Deere)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier