Arterris s’engage dans l’agriculture de précision

Raphaël Lecocq

Le drone DT18 certifié pour des opérations de vol hors champ visuel (BVLOS) a une portée de 100 km et une autonomie de 2 heures
Delair-Tech

La coopérative est partie prenante du projet Précidrone, en partenariat avec la start-up Delair-Tech. Celle-ci fabrique et exploite des drones longue portée hors champ visuel et dispose de sa propre plateforme d’analyse et de restitution.

Bientôt des HAPS au service de la télédétection

HAPS pour High altitude pseudo-satellite. Traduction : un pseudo-satellite avec des ailes, capable de rejoindre la stratosphère (entre 17 et 22 km d’altitude) et d’adopter une position géostationnaire pour observer et transmettre des télécommunications ou des images. Les HPAS pourraient enrichir dans les années à venir l’arsenal de vecteurs su service de la télédétection, aux côtés des automoteurs (capteurs embarqués), des drones (à rotors et à ailes), des Ulm ou des avions. Les HAPS sont notamment développés par Airbus Defense and Space, qui pourraient les exploiter pour renforcer ses services de télédétection Farmstar, lesquels sollicitent aujourd’hui des satellites et des drones. Comparativement aux drones et aux satellites, les HAPS favoriseraient l’accélération et l’industrialisation des process de collecte et de traitement des images.

En 2018, Arterris offrira des services de modulation intra-parcellaires des intrants pour cinq espèces que sont le blé tendre, le blé dur, le maïs, le colza et le maïs

Dans le cadre de son projet d’entreprise « Vision et ambitions 2025 », le groupe coopératif Arterris (740 M €, 1800 salariés), basé à Castelnaudary (11), a placé l’innovation au cœur de sa stratégie. Et d’ici à 2018, ses adhérents bénéficieront de services d’imagerie pour optimiser la gestion intra-parcellaire des intrants (semences, phytos, engrais, irrigation) sur cinq espèces que sont le blé tendre, le blé dur, le maïs, le colza et le maïs. Labellisé par deux Pôles de compétitivité (Agri Sud-Ouest Innovation et Aerospace Valley), le projet Précidrone avait été sélectionné par le Fonds unique interministériel (FUI 17) en 2014. Outre Arterris, il associe sept autres partenaires que sont Terres du Sud, Ovalie, InVivo, Terres Inovia, Arvalis Institut du végétal, le Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes (LAAS-CNRS) et la station INRA d’Avignon, sans oublier la start-up Delair-Tech. Objectif assigné à Précidrone : développer un système d’imagerie drone longue portée ainsi que les algorithmes de traitement d’images et les modèles agronomiques associés pour alimenter les outils d’aide à la décision nécessaires à la mise en œuvre d’une agriculture de précision.

Les quatres associés de la start-up toulousaine Delair-Tech

Jusqu’à 5000 ha par vol

Basée à Toulouse (31), la start-up Delair-Tech, fondée par quatre ingénieurs en 2011, s’est rapidement distinguée en concevant un drone certifié pour des opérations de vol hors champ visuel (certification BVLOS). Elle dispose aujourd’hui de deux appareils que sont le DT18 (portée de 100 km et autonomie de 2 heures) et le DT26X (portée de 150 km et autonomie de 2h30), ce dernier étant caractérisé par une charge utile de 4 kg et embarquant un parachute d’urgence. Chaque vol est susceptible de survoler jusqu’à 50 km2 (5 000 ha) et d’enregistrer des indices de végétation de haute précision (2 à 20 cm au sol par pixel) au moyen de capteurs multispectraux. Au printemps dernier, Delair-Tech a levé pas moins de 13 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs (Andromède, BPI France…) pour assurer son développement. Présent dans une trentaine de pays, Delair-Tech compte plus de 60 employés et opère dans l’agriculture, les infrastructures linéaires, l’énergie, les mines ou encore la construction. Outre la vente de drones, la start-up assure des prestations complètes (Delair-Services) incluant les vols, le traitement, l’analyse et la restitution des données. La coopérative Arterris met à profit les campagnes 2016 et 2017 pour valider ses premiers modèles agronomiques avant le lancement d’une offre de services dédiés à compter de 2018.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires