Banc d'essai moteur : 5 équipements pour 1 million de tracteurs

Raphaël Lecocq

Le Plan de performance énergétique prévoit de multiplier par 4 le nombre de bancs d'essais. Seuls 3000 tracteurs sont testés chaque année en France. Plus d'un sur deux est suralimenté.

Un banc de puissance (ou banc d'essai moteur) est un appareil de mesure. Après divers branchements entre le banc et le tracteur (prise de force, pompe à injection…), l'appareil enregistre une série de paramètres : puissance, débit d'injection, consommation spécifique…. Ces mesures permettent d'établir des courbes de puissance et de consommation, qui sont comparées aux courbes officielles du constructeur. L'examen de ces courbes permet de diagnostiquer des problèmes de suralimentation, de surpuissance, de débit et calage de pompe d'injection, d'injecteurs usés, de filtres colmatés etc.

Montée en puissance

Les quelques statistiques disponibles sur les résultats d'essais mettent en exergue de nombreux problèmes, plus ou moins sérieux. On retiendra que plus d'un tracteur sur deux testés est suralimenté, autrement dit qu'il surconsomme. Circonstance atténuante : les bancs d‘essais se comptent sur les doigts d'une main en France, où plus d'un million de tracteurs sont en service. L'objectif fixé dans le Plan de performance énergétique (Grenelle 1) est de doter chaque région administrative d'un banc d'essai d'ici à 2013, avec la FNCuma comme cheville ouvrière. Un banc représente un investissement d'environ 250 000 euros. Il est le plus souvent mobile, pour venir à la rencontre des agriculteurs. Le passage d'un tracteur au banc est facturé entre 100 et 150 €. L'opération immobilise le tracteur pendant une heure.

Le passage au banc est aussi un bon moyen d'apprendre les rudiments de la conduite économique (Doc. Chambre d'agriculture de la Manche)

Le passage au banc est aussi un bon moyen d'apprendre les rudiments de la conduite économique (Doc. Chambre d'agriculture de la Manche)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier