Binage et désherbinage : Le désherbage des betteraves dans la perspective d'Ecophyto 2018

Raphaël Lecocq

L'Institut technique de la betterave étudie depuis quelques années les techniques complémentaires ou alternatives aux herbicides. Pas de panacée universelle en vue.

L'Itb présentait fin mai dans la Marne une synthèse des expérimentations menées depuis quelques années pour tenter de réduire l'usage des herbicides. Un sujet mobilisateur si l'on en juge la présence de 800 producteurs sur le site expérimental de Saint-Quentin-sur-Coole (51). Premier constat : les matériels voués à se substituer partiellement ou totalement aux herbicides sont également nombreux : houe rotative, bineuse à moulinets, herse étrille, désherbineuse, rampe d'application localisée…. Deuxième constat : le niveau de maîtrise des adventices enregistré aujourd'hui avec les techniques d'application en vigueur, faites de passages multiples à doses réduites d'un panel d'herbicides relativement large, met la barre très haute en terme d'efficacité et de sélectivité.

Conditions restrictives

Les graminées et les vivaces sont les premières à passer au travers des mailles métalliques des différents outils, sachant que les betteraves ne les tolèrent qu'entre les stades 4 feuilles et 10-12 feuilles. Fait aggravant : le passage d'outils de travail du sol, si superficiel soit-il, exige des conditions bien spécifiques pendant (bonnes conditions de ressuyage) et après le passage (pluviométrie faible). Enfin, passé le stade 2 feuilles, plus grand chose n'arrête les adventices. 2018 est loin mais le défi est grand.

Le rendement et le rentabilité de la culture passent par une maîtrise absolue des mauvaises herbes

Le rendement et le rentabilité de la culture passent par une maîtrise absolue des mauvaises herbes

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires