Cercles d'échanges : Le Cemes (17) fête ses 20 ans

Raphaël Lecocq

Le Cercle d'échanges de machines et d'entraide de la Seudre et ses 350 adhérents fêtent leurs 20 ans d'existence. Au plan national, les cercles d'échanges travaillent en direction des jeunes agriculteurs.

Avec les Cemes et le Ceimpas, le département de la Charente-Maritime compte 2 cercles d'échanges, le premier exerçant son activité au sud de la Charente et le second au nord. Une situation atypique car au plan national, les cercles d'échanges sont loin d'avoir acquis une représentation dans chaque département. Actuellement, il existe une vingtaine de cercles en activité. Un cercle d'échange est une association assurant la mise en relation entre deux agriculteurs, demandeur et apporteur de prestations dans le domaine du machinisme. Elle permet au demandeur d'éviter ou de différer un investissement et de payer au coup par coup la prestation selon les barèmes de l'entraide, moyennant le paiement d'une cotisation annuelle au cercle.

Se faire connaître des jeunes

L'efficacité d'un cercle est proportionnelle au nombre d'adhérents. Les mises en relation entre demandes et offres de services sont assurées par un animateur. « Malgré leur antériorité, les cercles d'échanges souffrent d'un manque de notoriété, reconnaît Philippe Daubigné, président de l'Ancema, l'Association nationale des cercles d'échanges et de machines agricoles. En 2009, nous allons communiquer en direction des jeunes agriculteurs, une clientèle naturelle des cercles ». En 2008, les cercles d'échanges ont généré 30 000 heures de travail. Le premier cercle d'échanges est né en Allemagne il y a 50 ans. Dans ce pays, 80 % des agriculteurs adhèrent à un cercle.

Le Cemes, le Cercle d'échanges de machines et d'entraide de la Seudre fête ses 20 ans

Le Cemes, le Cercle d'échanges de machines et d'entraide de la Seudre fête ses 20 ans

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier