Claas investit dans un nouveau centre de tests et de validation

Raphaël Lecocq

Claas investit dans un nouveau centre de tests et de validation
Claas

Après celui de Trangé, proche de l’usine du Mans et dédié aux tracteurs, le constructeur va ériger en Allemagne un centre d’essais capable de reproduire les conditions de récolte. Il est destiné à tester les composants des moissonneuses-batteuses et des ensileuses ainsi que des tracteurs.

« Ce nouveau complexe va permettre non seulement de regrouper les laboratoires d’essais du site, mais également d’élargir l’éventail de nos capacités et de nous affranchir des périodes de récolte », explique Oliver Westphal, directeur Validation chez Claas.  « Les conditions météorologiques les plus diverses pouvant être rencontrées sur la planète lors de la récolte pourront ainsi être simulées et reproduites autant de fois que nécessaire. Ces simulations doivent aider les ingénieurs à évaluer les performances et la fiabilité des machines à un stade précoce de leur développement ». Le centre est destiné à tester des composants de moissonneuses-batteuses, d’ensileuses et de tracteur, les flux de récolte étant testés dans d’autres installations.

15 millions d’euros

Le centre de tests et de validation sera érigé en Allemagne sur le site de Harsewinkel, le siège du constructeur. Il occupera une surface totale de 8000 m2 et hébergera 200 postes de travail. L’investissement s’élève à 15 millions d’euros. Le constructeur met en avant les propriétés écologiques des installations, avec la substitution de moteur diésel au profit d’un moteur électrique pour entrainer les matériels ou encore la récupération de la chaleur générée. Le centre sera mis en service à l’automne 2018. En 2012, Claas avait créé un centre d’essais et de validation à Trangé non loin de son usine du Mans. Ce dernier héberge notamment un banc d’essai « roulage » destiné à reproduire les cycles d’utilisation des tracteurs dans toutes les conditions et un banc d’essais « 4 vérins » pour concentrer en quatre semaines l’équivalent des contraintes subies par dix ans d’utilisation des tracteurs, moissonneuses-batteuses, ensileuses et presses.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier