Des chantiers de récolte respectueux de la biodiversité

Raphaël Lecocq

L’adoption d’un circuit de fauche centrifuge laisse davantage de chances à la faune sauvage

Les machines de récolte des fourrages ainsi que les moissonneuses-batteuses sont une menace pour la faune sauvage. Le respect de quelques principes permet de limiter les dégâts.

Lièvres, faisans, cailles, perdrix, busards, chevreuils… : nombreuses sont les espèces animales qui trouvent dans les prairies et dans les céréales des conditions idéales pour vivre et se reproduire. A l’approche des premières fauches, et des multiples allées et venue de machines conditionnant le fourrage, il n’est pas inutile. Prendre en compte l’existence et la préservation de la faune sauvage n’est pas forcément dispendieux, ni en temps, ni en moyens. La preuve avec les recommandations qui suivent.

Quelques recommandations utiles

- sensibiliser les conducteurs des moissonneuses-batteuses et autres machines

- repérer et marquer préalablement les nids et récolter les œufs le cas échéant avant de les remettre à une société de chasse

- provoquer, juste avant récolte, l’effarouchement des animaux au moyen de cris, de canons à carbure, de chiens

- régler la barre de coupe au minimum à 15 cm de hauteur

- utiliser une barre d’envol correspondant à la largeur de la barre de coupe ou encore un détecteur infrarouge

- adopter un circuit de récolte centrifuge pour ne pas emprisonner la faune au centre de la parcelle et fur et à mesure de l’avancement du chantier

- éviter l’intervention de plusieurs machines dans la même parcelle

- limiter le plus possible les récoltes de nuit

- broyer simultanément la paille non récoltée pour économiser un passage d’engin supplémentaire

- presser la paille dans les 48 heures après moisson avant que la faune n’établisse son refuge sous les andains

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires