Des charrues déchaumeuses de 6 à 11 corps chez Ovlac

Raphaël Lecocq

Ovlac compte participer au développement de la charrue déchaumeuse en France
Ovlac

Le constructeur propose une gamme de charrues déchaumeuses à sécurité boulon ou non stop hydraulique. De quoi surfer sur le labour de surface.

Les avantages du labour sans les inconvénients : tel est le credo des charrues déchaumeuses qui se distinguent des charrues conventionnelles par leur moindre profondeur de travail. Comment ? Grâce à des corps de dix pouces et grâce à l’absence de rasette. Avantages ? La charrue déchaumeuse est plus économique à l’achat et à l’usage car moins tirante. Elle permet d’enfouir les débris et avec eux les graines d’adventices, donc de bénéficier du précieux effet herbicide du labour. Inconvénients ? Un coût de revient plus élevé et une moindre productivité de chantier que les matériels de déchaumage. Les charrues déchaumeuses ont dans un premier temps séduit les agriculteurs bio, soucieux de ne pas trop bouleverser l’horizon de leurs sols tout en s’offrant un moyen de maîtriser les mauvaises herbes. Des problématiques auxquels ne sont pas étrangers les agriculteurs conventionnels, y compris en méthodes simplifiées.

10 corps, 3,50 m de largeur de travail

Le constructeur espagnol Ovlac compte bien bénéficier du retour en grâce que s’offre la charrue qui, si l’on en croit Axema, le Syndicat des industriels de l’agroéquipement, a vu ses ventes progresser de 20 % en Europe en 2012, avec la Pologne et la France comme principaux fers de lance. Pour 2013, Axema table sur une croissance de 5 % des ventes de charrues. Ovlac propose avec les Mini-RF et Mini-RH deux charrues déchaumeuses dotées respectivement de sécurité boulon et non stop hydraulique. Elles sont disponibles en 6 à 11 corps. Dans sa version à 10 corps, la Mini-RH laboure 3,50 m par passage à une profondeur de 15 cm. Ovlac est distribué par Tadys à Réalville (82), qui sera présent à Innov-Agri Sud-Ouest les 4 et 5 septembre prochains.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires