Deux nouveaux prototypes de robots pour Naïo Technologies

Raphaël Lecocq

Deux nouveaux prototypes de robots pour Naïo Technologies
Naïo Technologies

La start-up finalise la mise au point de deux robots enjambeurs, l’un pour désherber les vignes, l’autre pour intervenir sur les cultures légumières en planche. Le robot Oz commence quant à lui à franchir les frontières.

Créée en 2011, la star-up basée à Ramonville (31) poursuit son développement, tant du côté de l’offre produit que de la diffusion de son premier robot commercial, à savoir l’Oz. Conçu pour les petites exploitations maraîchères, jusqu’à 10 ha, Oz capable de biner l’équivalent de 26 planches de 40 cm de large et 100 m de long, en étant guidé par un laser et animé par des batteries avec une autonomie de 4 heures. Avec Anatis, développé en partenariat avec Carré, le constructeur va plus loin, tant en productivité puisque le robot enjambe des planches jusqu’à 2 m de large, qu’en polyvalence, avec la mise au point en cours du semis, s’ajoutant au désherbage par socs, herse étrille ou bineuse à ressort.

A droite, la vigne vue du futur robot enjambeur

Robot enjambeur pour vigne

Naïo Technologies développe un autre projet de robot enjambeur mais d’une toute autre envergure (1,8 m de largeur pour 2 m de hauteur) conçu pour la vigne.  Animé par batteries et par quatre roues motrices et directrices, l’engin, en cours de prototypage, est pensé pour le désherbage de la vigne, moyennant une capacité de travail de 25 ha par unité. Mais d’autres fonctionnalités sont à l’étude telles que la tonte, l’effeuillage ou encore  le rognage. Le projet est co-financé par la région Midi-Pyrénées et développé en partenariat avec l’IFV et un laboratoire de recherche en robotique (LAAS-CNRS). Naïo Technologies espère le commercialiser dès 2017.

Premiers développements à l’export

Avec un catalogue amené à s’étoffer, Naïo Technologies porte une attention sur le développement de ses produits à l’export. L’entreprise s’est affichée dans plusieurs salons internationaux (Abu Dhabi, Espagne) et autres concours de star-up (Japon) pour faire valoir ses innovations et ses solutions. Elle a déjà signé des accords de distribution en Belgique et en Norvège et escompte signer d’autres partenariaux au sein de l’Union européenne, au Japon, en Australie ou encore aux Etats-Unis.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires