Electronique Isobus : Le boîtier CCI Isobus obtient son deuxième niveau de certification

Raphaël Lecocq

Le boîtier CCI Isobus est un terminal de commande nomade capable de piloter les machines de six constructeurs partenaires. Il vient d'obtenir un deuxième niveau de certification par la DLG.

La norme de communication Isobus 11783 permet aux tracteurs et aux machines de se « reconnaître », à la manière du « plug and play » en usage dans la bureautique. Une fois connecté par le biais d'une prise spécifique, le tracteur devient maître des différentes fonctionnalités de la machine qui lui est attelée, laquelle machine lui adresse en retour les informations prélevées par les différents capteurs dont elle peut être bardée. Les travaux de développement de l'Isobus ont démarré en 1991. Les premières applications embarquées sont apparues en 2001. La création de l'AEF (Agricultural industry electronics foundation) en 2008 a donné le véritable coup d'envoi de l'Isobus.

Nouvelle certification

En 2009, Amazone, Grimme, Krone, Kuhn, Lemken et Rauch se sont constitués en association (CCI Isobus) pour mutualiser leurs efforts de recherche et activer la démocratisation de la technologie. Il en est sorti deux produits concrets : les boîtiers Isobus CCI 100 et 200. L'initiative avait été saluée d'une médaille d'argent à Agritechnica en 2009. Les deux boîtiers viennent de recevoir un deuxième niveau de certification délivré par la DLG (Société allemande d'agriculture), correspondant à l'implémentation IL 4.1 de la norme.

Un boîtier Isobus aux couleurs Lemken pilotant un semoir aux couleurs Kuhn : telle est une des vertus de la norme de communication électronique Isobus (Doc CCI Isobus)

Un boîtier Isobus aux couleurs Lemken pilotant un semoir aux couleurs Kuhn : telle est une des vertus de la norme de communication électronique Isobus (Doc CCI Isobus)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires