Energie : Le Plan de performance énergétique toujours d'actualité

Raphaël Lecocq

La suppression de la taxe carbone hypothéquait son financement. 30 millions d'euros ont été finalement dégagés pour 2010. Le PPE a pour objet de rendre peu dépendantes en énergie un tiers des exploitations d'ici à 2014.

C'est moins que les 37 millions d'euros mobilisés pour 2009, année de lancement du Plan de performance énergétique (PPE). Mais après l'annonce de la suppression de la taxe carbone, dont une partie des recettes devait abonder le financement, le PPE était ajourné. Le gouvernement ne pouvait faire l'économie d'un plan aussi emblématique, au regard du Grenelle de l'environnement comme de ses engagements européens, via le Paquet climat. Celui-ci vise, d'ici à 2020, tous secteurs confondus, à baisser de 20 % la consommation d'énergie, à diminuer de 20 % les émissions de gaz à effet de serre et à augmenter de 20 % la production d'énergies renouvelables. Dans ce dernier cas, la France s'est du reste fixée un objectif de 23 %.

Diagnostics énergétiques

Le budget alloué au PPE va permettre d'accompagner la réalisation de diagnostics énergétiques, préalable indispensable à toute stratégie d'optimisation des différentes sources d'énergie mobilisées sur les exploitations. Les fonds vont également contribuer au financement d'équipements individuels et en Cuma. Le troisième axe du PPE porte sur les projets de méthanisation, avec le lancement d'un second appel d'offres national.

Les tanks à lait sont particulièrement énergivores. Des systèmes de pré-refroidissement permettent d'abaisser de 50 % leur consommation d'électricité

Les tanks à lait sont particulièrement énergivores. Des systèmes de pré-refroidissement permettent d'abaisser de 50 % leur consommation d'électricité

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier