Fenaison : L'enrubannage… en discontinu

Raphaël Lecocq

L'enrubannage en continu reste marginal en France. Trop d'arguments favorables finiraient-ils par semer le doute ?

Les prairies ont beau totaliser plus de 13 millions d'ha, la lutte est rude entre les différents process de récolte. Et certaines techniques alternatives ont du mal à se faire une place dans le paysage et à prendre une part du gâteau, fut-il fibreux. Tel est notamment le cas de l'enrubannage en continu, une technique introduite en France voilà 15 ans, et qui peine à convaincre éleveurs, prescripteurs, distributeurs.

50 % d'économie sur le film

La technique est présente et se développe sur tous les continents. Aux Etats-Unis, John Deere distribue sous sa couleur les machines canadiennes Baudoin. En France, ces machines sont distribuées par CGAO (24), qui revendique un parc de 700 machines en service. Krone Elho en propose également. Qualité de fourrage, productivité de chantier, simplicité de conception figurent parmi les atouts de l'enrubannage en continu, sans compter l'économie de film, de 50 % par rapport à une enrubanneuse monoballe. Allié à une distribution basique en râtelier, le concept a de quoi séduire. Trop simple ?

L'amortissement est envisageable à partir d'une production annuelle de 1500 à 2000 balles (Doc CGAO)

L'amortissement est envisageable à partir d'une production annuelle de 1500 à 2000 balles (Doc CGAO)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier