Franquet réinvestit dans l’arrachage de betteraves

Raphaël Lecocq

Franquet se relance dans l’arrachage de betteraves

Le constructeur développe une arracheuse-chargeuse dont les premiers essais sont programmés pour l’automne. Franquet à été racheté par Thierart l’an passé.

En août 2014, Benoist Franquet a cédé son entreprise a un pool constitué Grégory Sciaccaluga, Pdg de Thierart et de trois cadres issus des deux sociétés. Au Sima, celui qui s’est fait un nom dans le développement de la filière menues pailles avec plusieurs concepts de récupérateurs exposait plusieurs matériels Franquet dédiés au travail du sol, dont un strip-till et le nouveau vibroculteur Vibromax. Un poster géant donnait à penser que le constructeur allait réinvestir dans le matériel d’arrachage de betteraves. « J’ai réalisé la vente des deux ou trois dernières machines encore présentes dans l’usine lors du rachat, souligne Grégory Sciaccaluga, Pdg de Franquet. Dans la foulée, j’ai pris la décision de relancer les études sur les arrachacheuses-chargeuses. Mon analyse est la suivante : qu’on l’aborde sous l’angle économique avec la fin des quotas ou sous l’angle agronomique avec la problématique du tassement, le principe des chantiers décomposés n’a rien perdu de sa pertinence ». Sans rien dévoiler du concept développé, le constructeur espère réaliser ses premiers essais lors de la prochaine campagne d’arrachage.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires