Gazole non routier : les recommandations hivernales

Raphaël Lecocq

Le Gnr ne devrait pas faire parler de lui cet hiver
Amazone

Après le baptême du froid subi par le Gnr pour son premier hiver, les acteurs de la filière carburants édictent une liste recommandations. Le Bcma s’en fait le relais.

550 000 ha de céréales d’hiver n’y avaient pas résisté, entre autres pertes. C’est dire si le vague de froid qui s’était abattue sur la France durant plusieurs semaines entre les mois de janvier et février 2012 était sévère. Les automoteurs agricoles en avaient subi quelques dommages collatéraux, avec des moteurs refusant de démarrer ou calant subitement. L’épisode coïncidait avec la mise en service du gazole non routier pour tous les automoteurs agricoles, en lieu et place du fioul. Une coïncidence fâcheuse qui jetait le trouble, et dans les filtres, et dans l’esprit des agriculteurs. Après le dégel, le Bureau de coordination du machinisme agricole (Bcma) a procédé à des expertises dans les départements les plus touchés. Deux paramètres étaient de nature à mettre en cause le gazole non routier : le point de trouble, qui correspond à la solidification des paraffines, et la température limite de filtrabilité (Tlf) qui aboutit à une solidification du carburant avec les filtres comme premier barrage.

Des filtres aux mailles plus fines

Sur les 28 échantillons analysés, un seul décrochait au niveau de la Tlf avec un –10°C quand l’ensemble se situait entre –21 °C et –18°C, voire en deçà pour deux échantillons. Le point de trouble se situait quant à lui entre -6°C et 0°C pour 27 échantillons et –19°c pour le dernier. L’analyse mettait par ailleurs hors de cause les Emag (Esters méthyliques d’acides gras), que le Gnr peut renfermer à hauteur de 7 % afin de favoriser l’utilisation de ressources renouvelables (biodiesel). Les filtres à carburant expliquaient en bonne partie les problèmes et en particulier ceux des tracteurs récents, plus sensibles au gel que les anciens tracteurs. Afin de garantir le fonctionnement des injecteurs à haute pression, les filtres ont désormais des mailles inférieures à 10 µ alors que les mesures de Tlf se réalisent avec des filtres de 45 µ. Les analyses révélaient aussi des contaminations du carburant par des poussières, de l’eau, des bactéries, synonymes de négligences quant aux conditions de stockage.

Les recommandations

Si les caractéristiques intrinsèques du gazole non routier lui permettent en théorie de défier le froid, un certain nombre de précautions doivent être prises à plusieurs niveaux : transition Gnr été / Gnr hiver, hygiène de la cuve et des réservoirs des automoteurs, calorifugeage, mise en place d’un réchauffeur de filtre, recours éventuel à des additifs… L’huile moteur est aussi concernée, un mauvais grade pouvant conduire à des difficultés de démarrage. Plusieurs organisations professionnelles, rassemblant les fournisseurs de carburant et les industries du moteur thermique ont inventorié toute une liste de recommandations destinée à prévenir les risques. Elle peut être consultée sur le site du Bureau de coordination du machinisme agricole (www.bcma.fr).

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires