Grégoire livre sa première machine à vendanger en Chine

Raphaël Lecocq

La G7 a été choisie pour sa polyvalence et sa maniabilité
Grégoire

La G7 réalisera sa première vendange l’été prochain dans la région de Yantaï. Changyu, l’acquéreur, est un groupe international spécialisé dans les vins et spiritueux depuis 120 ans.

La Chine va-t-elle se convertir à la vendange mécanique ? Pas sûr. La vente réalisée par Grégoire, filiale du groupe Same-Deutz-Fahr a une forte valeur symbolique, pour le constructeur comme pour l’acheteur. Le vignoble chinois, dont les origines remontent un siècle avant notre ère, reste encore très largement inadapté à la mécanisation. Grégoire ne peut donc guère escompter y développer un marché significatif à court et moyen termes. De son côté, Changyu, qui exploite 20 000 ha de vignes dans le Nord-Est de la Chine, valorisera son investissement sur une partie infime de son vignoble.

Une automotrice polyvalente

Le groupe Changyu est spécialisé dans les vins et spiritueux depuis 1892, soit 120 ans. Il est basé à Yantaï, où se tiendra un Sitevinitech en juillet prochain. Ses dirigeants ont choisi l’automotrice G7 et ses 144 ch pour sa polyvalence en vignes étroites et larges et pour sa maniabilité. Deux pulvérisateurs Powerflow, toujours de marque Grégoire, ont également été achetés par l’opérateur chinois. Avec 470 000 ha de vignes pour une production de 12 millions d’hl, la Chine se classe au 5ème rang mondial. Si la consommation de vin progresse en Chine, les chinois restent avant tout des buveurs de bière et d’alcool, dont le Cognac. Les machines à vendanger Grégoire sont conçues et fabriquées à… Cognac.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires