Horsch expérimente le Controlled Traffic Farming

Raphaël Lecocq

Le Controlled Traffic Farming ou le principe des passages de pulvérisateurs appliqués à toutes les interventions et rotations
Horsch

La technique consiste à rouler dans les mêmes traces pour tous les passages dans la rotation, afin de concentrer le tassement sur les mêmes bandes de terre. Horsch va l’expérimenter en République Tchèque.

Des routes au milieu des champs : c’est le principe du Controlled Traffic Farming. Cette technique est développée aux Etats-Unis, en Nouvelle Zélande ou encore en Australie. C’est aussi ce que tout agriculteur pratique de manière intuitive quand il réalise un premier passage de pulvérisateur à l’automne, ouvrant la voie et l’assise au premier passage en sortie d’hiver. Le Controlled Traffic Farming repose sur les postulats suivants. Les grains de productivité sont peu ou prou proportionnels au gabarit et donc au poids des engins. Le tassement des sols est une menace importante et croissante affectant la fertilité des sols, que les pneumatiques de gros volume ou les trains de chenilles peinent à juguler. Et l’on imagine mal faire machine arrière.

Passage tous les 12 m

Faut-il tasser imperceptiblement mais sûrement l’intégralité des parcelles au fil des rotations ou damer – et condamner – des voies de passage des tracteurs, pulvérisateurs et autres automoteurs de récolte ? Horsch va profiter de l’acquisition d’une ferme de 3300 ha en République Tchèque pour expérimenter le Controlled Traffic Farming. Le constructeur s’oriente sur une largeur de travail de 12 m et une voie de 3 m au niveau des essieux. Le système de guidage RTK sera bien évidemment de la partie.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier