Horsch expérimente le monograine en céréales

Raphaël Lecocq

Le monograine appliqué au céréales devrait faire l’objet d’une pré-série dès cette année
Horsch

Présenté et médaillé à Agritechnica, le doseur monograine affiche une précision intermédiaire entre un semoir en ligne et un semoir monograine. Les enjeux agronomiques sont conséquents.

Le coefficient de variation : c’est sur ce paramètre que se jauge la précision d’un semoir. Le coefficient de variation est en effet un indicateur de la régularité de la répartition des graines sur le rang de semis, régularité qui se jauge par la constance de la distance entre deux graines et l’absence de poquets et de manques. Sur un semoir monograine, le summum de la précision, le coefficient de variation est compris entre 20 et 30 %. A l’opposé, sur un semoir en ligne conventionnel, le coefficient de variation oscille entre 90 % et 120 %. La distribution Horsch médaillée d’argent à Agritechnica est caractérisée par un coefficient de variation compris entre 30 et 50 %.

Doseurs individuels déconnectables

La distribution s’opère en deux temps. Dans la trémie centralisée, un premier doseur réalise un premier pré-dosage. La semence pré-dosée est transportée pneumatiquement jusqu’au doseur attitré à chaque élément semeur. Ce système est capable de doser des céréales jusqu’à une fréquence de 120 Hz ce qui correspond à 120 grains/seconde et donc à une densité maximale de 240 gr/m² à 12 km/h avec un inter-rang de 15 cm. Le système permet d’abaisser la densité jusqu’à 50 grain/m2. Le nouveau système de dosage est adapté au Pronto DC ou encore au Focus TD équipés des éléments semeurs TurboDisc, dotés d’une languette téflon et d’une roue de plombage garantissant le placement de la graine. Les doseurs individuels peuvent être déconnectés à tout moment au profit de la distribution centralisée. Selon Horsch, outre la semence, le semis monograine permet d’escompter des économies de fongicides et de régulateurs du fait du développement végétatif non luxuriant, aéré et homogène tout au long du cycle du blé. Générant 15 à 20 talles par pied et un poids de milles grain plus homogène,  le blé semé au monograine est moins sensible au stress climatique et génère au final plus de quintaux plus faciles à battre.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires