JCB livre ses premières machines à moteur Ecomax

Raphaël Lecocq

Ecomax, le moteur sans SCR, sans DOC sans FAP
JCB

Le nouveau moteur Ecomax est conforme à Tier 4i sans réduction catalytique (et donc sans AdBlue), sans catalyse d’oxydation (Doc) et sans filtre à particules (Fap). Sa plage de puissance est comprise entre 75 ch et 176 ch. Premières livraisons sur les Telescopic

JCB n’est pas seulement un constructeur de pelles, de chargeuses pelleteuses, de chargeuses sur pneus, de tracteurs, de chargeurs compacts et de chargeurs télescopiques. Le constructeur britannique est aussi un fabricant de moteurs. Sa gamme Dieselmax équipe nombre se ses machines, sans toutefois être exclusive. JCB travaillait depuis plusieurs années à la mise au point d’un moteur répondant à la norme Tier 4i, norme qui s’impose depuis le 1er janvier 2012 aux moteurs de 102 ch à 177 ch, après avoir été appliquée aux moteurs de 177 ch à 561 ch. Les Telescopic T4 sont les premiers matériels à étrenner le moteur Ecomax.

Un EGR sans catalyseur et sans filtre

Le moteur Ecomax n’emprunte pas la technologie SCR (Selectiv Catalys Reduction). Il est donc dispensé de l’utilisation d’un second fluide qu’est l’AdBlue, solution à base d’ammoniac. JCB a privilégié l’autre technologie, à savoir l’EGR (Exhaust Gaz Recirculation), la re-circulation des gaz d’échappement. Pauvres en oxygène du fait de la combustion préalable, les gaz d’échappement ré-acheminés engendrent par réaction une baisse de température de la combustion et par voie de conséquence une réduction des émissions d’oxydes d’azote (NOx). En général, l’EGR va de pair avec un post-traitement des gaz par catalyseur d’oxydation et/ou filtres à particules, ce dont se dispense l’Ecomax. Le constructeur satisfait la norme en combinant l’EGR, l’injection à rampe commune à haute pression (2000 bar) et un turbocompresseur à géométrie variable.

Contrôle à distance

L’Ecomax fait ainsi l’économie de périphériques encombrants et générant des coûts en consommables. JCB admet une hausse des coûts des filtres équipant ses nouveaux moteurs mais très relatifs (164 € contre 111 € sur les chargeuses-pelleteuses) et compensés par des économies de carburant de l’ordre de 5 à 10 %. Les intervalles d’entretien restent fixés à 500 heures. Le nouveau moteur intègre le système de diagnostic à distance LiveLink ainsi que le système de gestion de flotte Ecu qui, par code pin interposé, permet de dédier telle machine à tel chauffeur et de prévenir les risques de vols. L’Ecomax autorise aussi un reparamétrage de la cartographie moteur, ce qui leur ouvre la voie d’une seconde vie sur le marché de l’occasion dans des pays où la réglementation anti-pollution est moins poussée.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires