John Deere achète Monosem

Raphaël Lecocq

Le spécialiste et leader européen du semoir monograine appartient désormais à John Deere
Monosem

Deere & Company a annoncé avoir signé un accord définitif pour l’acquisition de Monosem, intégrant les quatre sites français et les deux sites américains. La marque et les couleurs Monosem seront maintenues et l’entreprise poursuivra son développement sur ces forces propres.

« Monosem est respecté pour ses innovations technologiques et son succès dans les semoirs monograine de précision, permettant aux agriculteurs d’accroître leur production », a indiqué John May, Président de la Division solutions pour l’sgriculture et porte-parole de John Deere. « Par cette acquisition, nous continuons à développer notre avance dans le domaine de l’agriculture de précision. L’acquisition de cette entreprise leader permet à John Deere de servir un plus grand nombre de clients au niveau mondial ». John Deere était présent sur le segment des semoirs monograine avec le MaxEmerge. Au Sima 2015, le constructeur avait obtenu une médaille d’or pour l’ExactEmerge, un semoir doté de deux moteurs électriques animant l’un, un disque doseur cranté multi-espèces et l’autre, une courroie à brosse assurant la dépose de la graine à une vitesse relative proche de 0 km/h, le tout au service d’un semis de précision pouvant dépasser les 16 km/h.

Entreprise familiale

La société Ribouleau Monosem est une entreprise familiale indépendante créée en 1948 par Edmond Ribouleau à Largeasse, (Deux-Sèvres), où l’entreprise dispose aujourd’hui de deux sites de production sur 27000 m2 couverts employant 300 personnes. Après avoir mis au point des planteuses, notamment pour le tabac, l’entreprise développe au début des années 60 des semoirs monograine à distribution mécanique ainsi que des bineuses. Les années 70 consacreront l’arrivée des semoirs monograine pneumatiques, que le constructeur ne cessera de décliner sous de multiples combinaisons liées notamment aux châssis et aux systèmes d’enterrage. A l’Agritechica 2013, Monosem avait présenté la nouvelle gamme d’éléments semeurs Monoshox NG Plus M dotés d’un parallélogramme à suspension Monoshox, dans le but de maximiser le  débit de chantier sans compromis sur la régularité de semis. Le constructeur décline aujourd’hui sa technologie monograine à travers sept gammes d’appareils. A l’Agritechnica 2015, le constructeur présentera avec le Meca V4E une version à entraînement électrique de son semoir pour betteraves enrobées,un nouveau châssis TFC2 offrant une largeur de travail pouvant aller jusqu’à 6m50 et un fertiliseur avant doté d’un entraînement électrique de sa distribution sous le contrôle d’un terminal Isobus.

Commentaires 4

Moi70

De la critique. ....c'est sur que ça aurait été beaucoup plus intéressant que ce soit kuhn qui les rachete . ....ça serait resté français mais il n'y aurait jamais eu d'évolution à part devenir de la camelote.
JD est peut être un trust mais qui apporte de l'innovation et bizarrement qui a déjà deux usines en France depuis des décennies. ....lol

koobiak

ci ils faisaient du matériel correct pour le prix qu'ils pratiquent ca ne serait pas arrivé;

gils

ça fait mal, tout simplement.

OSIER534

encore un fleron de l'industrie française qui sans vas. Dans les trois ans à venir JD aura totalement intégré Monosem puis la marque vas disparaitre puis le transfer de brevets puis les fermetures d'usines puis plus rien. Merci le ttip, le plus grave c'est que tout le monde sans fout ...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier