L’agroéquipement « made » in France en démonstration en Chine

Raphaël Lecocq

Pichon s’est engagé à livrer un épandeur à fumier et une tonne à lisier
Pichon

Sous la houlette d’Axema, huit constructeurs français vont équiper deux fermes coopératives chinoises situées dans le grenier à maïs du pays. Le marché chinois de l’agroéquipement est évalué à 17 milliards d’euros.

Selon Axema, le syndicat des industriels de l’agroéquipement, le marché chinois constituera la première place mondiale de vente de machines agricoles d’ici à 5 ans. En 2014, la Chine génère 10 % du marché mondial avec un chiffre d’affaires de 17 milliards d’euros. Pour mémoire, le marché français a battu son record d’activité en 2013 avec 6 milliards d’euros. Pour aider les constructeurs français à se positionner en Chine, Axema a conclu un accord de coopération avec la Camda, l’association chinoise des distributeurs de matériels agricoles.

Huit constructeurs

Concrètement, les constructeurs français engagés dans le projet vont mettre à disposition quelques exemplaires de leurs machines dans deux fermes coopératives, spécialisées dans l’élevage de bovins pour l’une et dans les céréales pour l’autre. Ces deux exploitations sont situées dans la province de Heilongjiang, entre la Mongolie intérieure et la Russie, considérée comme le grenier à maïs de la Chine. L’objectif est bien évidemment de faire valoir les performances des matériels, qui feront l’objet d’une évaluation de la part des responsables chinois, préalable au développement escompté des ventes. Les constructeurs français engagés dans ce projet sont Bourgoin, Irrifrance, Kuhn, La Buvette, Manitou, MX, Pichon et Tecnoma. D’autres sont susceptibles de les rejoindre.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier