L’ESV, l’anti-goutte électrique de Lechler

Raphaël Lecocq

L’ESV, l’anti-goutte électrique de Lechler
Lechler

Le spécialiste des buses et technologies de pulvérisation pour l’industrie et l’agriculture a mis au point avec l’ESV un anti-goutte électrique à faible consommation et sécurité intégrée. Médaille d’argent à l’Agritechnica 2017.

Une réponse ultra-rapide (300 ms) moyennant une consommation électrique minimale (120 mA) : telles sont performances de l’anti-goutte électrique développé par Lechler. Ces performances sont induites par la conception de l’ESV qui, outre un moteur électrique agissant sur un piston en nylon, provoquant l’ouverture ou la fermeture de buse selon le cas, intègre également une réserve de courant minimisant le temps de réaction ainsi que la consommation d’énergie électrique. L’ESV peut ainsi être adapté à tout système de rampe, quelle que soit sa longueur et son pas de buse (50 cm ou 25 cm). L’ESV renferme aussi les circuits imprimés le rendant lisible sur le bus Can et permettant l’identification et donc la commande individuelle à partir du moniteur embarqué sur le tracteur, le tout au service de la pulvérisation de précision.

Elément de sécurité

Avec la précision, la sécurité est l’autre argument de l’ESV. Au moindre du défaut de fonctionnement du pulvérisateur, l’ESV coupe instantanément les jets. Lechler est une entreprise allemande plus que centenaire spécialisée dans les techniques de pulvérisation à destination, de l’industrie, de la métallurgie, de l’environnement et de l’agriculture, secteur où elle fournit de nombreux constructeur de pulvérisateurs. Elle dispose de plusieurs filiales et sites de production à travers le monde. Elle développe depuis des systèmes pneumatiques et électriques de commutation de buses, lesquels permettent de conserver un spectre de pulvérisation optimal indépendamment des variations de vitesse et de pression lors des phases d’accélération et décélération, indépendamment des variations de dose lors d’applications modulées (phytos, azote).

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier