La Fnedt planche sur la contractualisation des prestations

Raphaël Lecocq

Gérard Napias, président de la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires
Fnedt

La Fédération nationale des entrepreneurs des territoires (Fnedt) fait de la contractualisation des prestations de services le thème de son prochain congrès annuel.

La Fnedt part du constat et du paradoxe suivants : alors que les agriculteurs sont liés par de nombreux accords contractuels, interprofessionnels et autres cahiers des charges de production et de transformation, la prestation de service reste insuffisamment développée dans le domaine des travaux agricoles. « Le contrat permet d’avoir un volume de travail assuré, de sécuriser les investissements réalisés et de programmer un planning des travaux à l’avance », explique Gérard Napias, président de la Fnedt. Mais beaucoup pensent que ce n’est pas la solution, que ce n’est pas dans la culture agricole.  C’est le moment d’en débattre et nous nous y employons ».

Bénéfices pour les deux parties

Volumes, planning de récolte, traçabilité, cahier des charges qualité environnement des travaux, indexation carburant, conditions de prix et délais de paiement : telles sont les principales modalités régissant un contrat de prestation entre une entreprise de travaux et ses clients, qu’ils soient agriculteurs, agro-industriels ou collectivités. Pour la Fnedt, le recours à la prestation de service s’inscrit dans la libéralisation de certaines filières de productions, tel le lait et le sucre à l’horizon 2015 et 2017. En renforçant l’utilisation des machines, la contractualisation doit au passage, permettre de renforcer la compétitivité des prestataires. Le 82ème congrès national de la Fnedt se tiendra à Dunkerque du 15 au 17 mai.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires