La réception Drire, obligatoire pour circuler sur route dans tous les cas

Raphaël Lecocq

Une date et un lieu de réception Drire : prenez la route sans encombre
Sirtec / Prolog

L’application du Système d’immatriculation à vie aux véhicules remorqués et semi-remorqués le 1er janvier 2013 va clarifier la situation pour les matériels neufs. Mais en aucun cas pour les matériels en parc non homologués.

Le Siv appliqué aux machines remorquées va mettre tous les constructeurs sur un pied d’égalité

Le 1er janvier 2013 marquera la troisième et dernière étape du Système d’immatriculation à vie (Siv) appliqué aux véhicules agricoles. Après les tracteurs et les machines automotrices, c’est au tour des remorques (REA), semi-remorques (SREA) et Machines et instruments agricoles remorqués (MIAR) de passer par la case immatriculation. Cette réglementation ne concerne que les machines neuves mises en service à partir du 1er janvier 2013 et dépassant un Poids total autorisé en charge (Ptac) de 1,5 t. Autrement dit, rien ne change, ni pour les machines en parc, ni pour les achats de machines d’occasion. Les REA, SREA et MIAR recouvrent un large éventail de machines traînées : remorques, bennes, épandeurs, pulvérisateurs, presses, semoirs et outils de travail du sol traînés. Le classement par l’Administration dans l’un ou l’autre de ces genres repose sur le rapport entre le poids total en charge et le poids à vide du véhicule, avec des catégories en fonction du poids maximal sur essieu (plus ou moins de 3,5 t), et des types en fonction de la vitesse (25 ou 40 km/h). La plaque d’immatriculation sera fixée à la l’arrière de la machine en lieu et place de l’actuelle plaque indiquant les numéros d’exploitation et de département. Selon les départements, le coût du certificat d’immatriculation varie dans une fourchette comprise entre 50 et 80 euros.

Plaque constructeur et plaque d’immatriculation

Pour pouvoir immatriculer les machines concernées, il faudra présenter en préfecture le procès verbal de réception Drire, la notice descriptive et le certificat de conformité, communément dénommé barré rouge (certifiant la conformité au code de la route). Ce document est fourni par le constructeur en même temps que la machine. La plaque constructeur fixée sur la machine en reprend deux informations clés que sont la date et le lieu de réception, à ne pas confondre avec le marquage CE (auto-certification du constructeur de conformité au code du travail) figurant sur tout produit manufacturé, tel qu’une machine agricole miniature ! L’obtention du barré rouge nécessite le respect de normes en matière d’attelage, de freinage et de signalisation. L’homologation en série interdit ensuite au constructeur d’apporter des modifications et de répondre à des demandes particulières. « Nous sommes rodés depuis de nombreuses années à la réception Drire, tout comme à l’immatriculation de nos épandeurs, déclare Loïc Bordier, directeur de Sirtec, constructeur de distributeurs d’engrais traînés sous les marques Prolog et Sulky. Une partie de nos appareils est en effet commercialisée auprès d’entreprises n’ayant pas le statut d’exploitations agricoles. Ces dernières étaient donc déjà obligées d’immatriculer les véhicules remorqués. Mais il ne faut pas confondre immatriculation et réception Drire. Immatriculées SIV ou non, les véhicules remorqués non réceptionnés Drire ne sont pas autorisés à circuler sur la voie publique. L’échéance du 1er janvier 2013 ne change rien à cet égard ». A vos plaques… prêts… Roulez ?

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires