Labour : Les charrues déchaumeuses ou l'art du compromis

Raphaël Lecocq

En travaillant à 10 cm de profondeur, les charrues déchaumeuses concilient les avantages du retournement sans les inconvénients. Un matériel presque parfait.

Absence de rasettes, versoirs cylindriques, corps de 10 pouces : c'est le portrait-robot de la charrue déchaumeuse, encore appelée déchaumeuse à socs. Un matériel pas complètement nouveau dans le paysage agricole mais ressorti des chaînes de montage, sinon des bureaux d'étude, pour répondre à un improbable cahier des charges : comment enfouir les adventices et les débris végétaux, pas trop profondément pour ne pas voir se volatiliser sa matière organique et son carburant, mais suffisamment pour empêcher les levées ultérieures ?

Largeur variable aussi

La charrue déchaumeuse réussit relativement bien l'exercice de style. Grâce à des socs de 10 pouces, qui embrassent 25 cm de terre en largeur, elle parvient à se faufiler dans des horizons compris entre 8 et 15 cm de profondeur. Comme sa grande soeur charrue, elle connaît la largeur variable et peut être dotée de sécurités non-stop. Bien que peu tirante (10 ch par corps), la vitesse d'avancement doit être contenue afin d'optimiser le retournement. Les largeurs de travail sont celles d'une charrue conventionnelle. Mais, le cas échéant, il ne faut pas lui demander de labourer aussi profond.

Donnez votre avis dans l'espace Forum du Machinisme,« La charrue un peu trop vite enterrée? » :

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires